Être papa c’est aussi être présent lors des accouchements

Que peuvent ressentir les futurs pères au moment où bébé décide de sortir du ventre de maman ? A l’heure H, la minute M, la seconde S… THE MOMENT quoi ! Moi qui suis papa de trois formidables, supers, mégas, géniaux, sans aucun défauts petits bouts, je peux en parler ! Certes, j’exagère mais il faut bien se flatter parfois, même si la réalité n’est pas toujours comme ce qui est écrit dans les beaux livres… Passons, c’est un autre sujet (oui j’avoue mes enfants ont des défauts et moi aussi, et alors, ça gêne ? ). Moi, Franck, Papa Blogueur, il est temps que je vous raconte, comment j’ai vécu l’accouchement de ma chère et tendre…

Mes expériences de super daddy présent

Revenons à nos bébés. De par mes trois expériences différentes, l’arrivée de bébé est une chose étrange pour un homme. Oui, ok, il y a un bébé dans le ventre de madame. Il bouge, il remue, il veut sortir (ou pas) mais l’heure c’est l’heure. Cela fait naître en soi une impression bizarre d’être un étranger justement, un témoin, en étant présent mais sans l’être. Pourquoi ? Parce que tout cela se passe sous nos yeux de (futurs) papas mais on ne peut rien y faire ! Même pas sortir bébé ! C’est madame qui pousse, qui trinque, qui crie, qui hurle pour certaines, qui tient la main, la broie, la serre très fort…

Et nous dans tout cela ?

On fait quoi ? Ben rien… Ah si, on est là ! Présents le jour J ! Il est important d’être au moins le témoin de cet événement pour dire fièrement à tout le monde : « J’ETAIS LA », mais aussi pour apporter du soutien à madame. Après tout, nous sommes le père mais aussi le mari, le conjoint le pacsé, le concubin, l’amoureux… Autre chose ? Oui, revenons au bébé. Être présent lors de l’accouchement est aussi une belle preuve d’amour. Voir venir bébé petit à petit dans le monde du « dehors », pouvoir le prendre dans les bras encore tout plein de trucs collants et gluants (c’est pas grave, on a eu le droit à une super blouse jetable entre-temps ), couper le cordon et le déposer dans les bras de la maman… La larme à l’œil je vous écris ces quelques phrases.

Ma femme au bloc

Tous les accouchements ne se passent pas de la même manière. Voir sa femme partir au bloc pour une césarienne est un moment très différent. Il arrive que la maman n’ait pas le choix car bébé n’est pas en position, ou bien il n’y a pas assez de liquide amniotique ou encore d’autres raisons qui forcent notre femme à accoucher en se faisant « ouvrir ». Soudain, maman se retrouve alors seule, avec toutes ses angoisses et ses peurs… Mais et le papa dans tout cela ? Certains peuvent être aux côtés de leurs femmes. Malheureusement, ce ne fût pas mon cas. Je ne sais pas si c’est un bon choix d’être présent. Faut-il vraiment ne rien voir lors d’une césarienne ? Pour ma part, j’ai dû attendre dehors, sans aucune nouvelle, que quelqu’un vienne me prévenir que tout va bien côté maman et côté bébé. J’ai eu confiance malgré l’attente. Pourtant, il y a toujours un doute qui plane : « et si ? ». Les minutes qui s’égrènent, les 100 pas dans le couloir se font longs tout seul. On me convie ensuite à venir voir bébé, mais et la maman ? Toujours au bloc, sur une table froide et dure, seule… Je peux tenir bébé dans les bras mais je n’ai pas ma femme à côté de moi… pour partager ce merveilleux moment.

Une deuxième césarienne

Lors de la seconde césarienne (ma petite dernière), l’accouchement fût tout aussi difficile à vivre parce que ces moments-là sont toujours un peu compliqués. Ils marquent profondément mais ne sont pas pour autant moins chaleureux, surtout quand bébé est enfin là, parmi nous, au sein de cette jolie famille.
Source :
Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire