5 points-clés à connaître dès les premiers jours de grossesse

Ooooh… un doute ? Et si bébé s’annonçait, là ? Entre euphorie et inquiétudes, la frontière est souvent tendue les premières semaines de grossesse. Neuf Mois fait le point avec Céline Albentosa, sage-femme, sur les points-clés à connaître pour bien gérer ce début supposé de grossesse.

Rien ne vaut un test de grossesse fiable

Nos grands-mères utilisaient la méthode de la température. Cette dernière revient à la mode parmi une petite frange de la population féminine. Alors, avec la température, peut-on savoir si on est enceinte ou pas ? Oui, en principe, mais à condition d’avoir tracé sa courbe de température tous les jours à partir des dernières règles. Le principe ? Au moment de l’ovulation, la température fait un léger bond de quatre dixième de degré, souvent autour de 37°C. Sur un cycle sans fécondation, au moment des règles, la température redescend. Si bébé a été conçu, la température après ovulation se maintient.

Au-delà de 18 jours de température plateau, vous pouvez penser que bébé s’est annoncé. Mais pour en être certaine, rien ne vaut un test de grossesse (vendu en pharmacie ou en GMS) qui sera lui-même confirmé par une prise de sang après votre rendez-vous chez un praticien de santé.

Prendre un rendez-vous rapide avec un praticien de santé

Sage-femme, gynécologue médical ou obstétricien, voire médecin généraliste, vous avez le choix pour assurer votre suivi médical et plus vite pour prendrez rendez-vous, plus vite vous serez fixée et rassurée. Ce que toutes les femmes enceintes ne savent pas, c’est qu’une sage-femme a toutes les compétences pour assurer le suivi d’une grossesse sans complication. Ainsi que pour dépister les dites complications, afin d’adresser sa patiente à un gynécologue, dans ce cas. Le médecin généraliste n’est pas forcément formé de manière pointue au suivi de la grossesse mais se forme en général sur le tas, de façon empirique. (Peu de généralistes ont le temps de suivre une vraie formation complémentaire en gynécologie mais certains le font).

Qui plus est, elle assure aussi l’entretien prénatal et la préparation à la naissance. Elle intervient aussi en post-partum pour la rééducation périnéale, la prescription de la contraception et le suivi gynécologique de prévention. Donc, tant qu’à faire… Du coup, elle ou il nous connaît bien, on se sent en confiance et le suivi est en général mieux vécu. Mais gynécologue, médecin généraliste ou sage-femme, l’essentiel, c’est d’être correctement suivie. Avec des consultations qui sont de vraies consultations (au moins 15 à 20 minutes), un délai en salle d’attente raisonnable. Si vous n’avez pas de souci de santé connu, ou d’antécédents de grossesse à complications, rien ne vous empêche de vous faire suivre par une sage-femme libérale, bien au contraire.

L’échographie, seule référence pour la datation de la grossesse

Forcément, vous savez à peu près quand bébé a été conçu. (Entre 14 et 18 jours après vos dernières règles si elles sont régulières). Mais il arrive parfois que des « fausses » règles perturbent les calculs et que la grossesse soit plus ancienne que vous ne le croyez. Pas de souci, l’échographie permettra d’y voir plus clair avec un risque d’erreur à trois jours maximum. Pendant la grossesse, si tout va bien, vous bénéficierez de trois échographies, une par trimestre. A savoir, un certain nombre de sages-femmes ont passé un DU d’échographie. (Eh oui, c’est le même DU que celui que passent les médecins donc pas de crainte à avoir d’une écho au rabais). Elles sont équipées pour assurer le suivi échographique. Si ce n’est pas le cas, la sage-femme vous prescrira une échographie et vous indiquera un cabinet spécialisé auquel vous adresser.

Comment bien calculer l’âge d’une grossesse ?

L’âge de la grossesse peut être calculé depuis la conception, c’est à dire à règles +15 ou 18 jours, c’est d’ailleurs souvent comme cela que les futures mamans le conçoivent, surtout quand elles parlent en mois de grossesse (attention, quand on dit que vous êtes à 4 mois de grossesse, c’est un mois qui commence et non un mois accompli). Mais plus classiquement, c’est à partir de l’absence de règles, donc du premier jour du cycle qui ne s’est pas terminé par des menstruations, que le praticien de santé calcule la grossesse. C’est ce qu’on appelle les semaines sans aménorrhée, un calcul qui est pratiqué ainsi dans tous les pays du monde.


Voir Aussi

Le terme est variable

Selon les pays, la notion de terme de la grossesse fluctue. En France, on parle de 41 SA. Et c’est à partir de ce calcul que sont fixées les dates du congé maternité. Dans d’autres pays, le terme est fixé à 40 SA, et plus rarement à 41 SA.

En France, on considère qu’à ce stade et jusqu’à la 42 SA, la grossesse est prolongée. Après 42 SA, votre praticien de santé parlera de terme dépassé. Donc, pas de panique qui à 40 SA + 2 jours, bébé n’est pas arrivé. C’est qu’il prend son temps. Vous serez suivie de près et tant qu’il n’y a pas de souffrance fœtale connue et de souci de santé pour vous, il n’y a pas à s’inquiéter ni à envisager un déclenchement. Sachant que ce dernier peut être source de complications à l’accouchement. Même s’il n’est pas de bon ton aujourd’hui de l’évoquer, tant cette pratique facilite parfois l’organisation des maternités. (Mais parfois au détriment des mamans et des bébés).

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire