Neufmois.fr » Ma Grossesse » Accoucher » La pĂ©ridurale : petite piqĂ»re de rappel !

La péridurale : petite piqûre de rappel !

Vous avez tout lu, tout entendu sur la péridurale et rien que le mot vous donne des frissons ? Vous vous posez de nombreuses questions sur cette anesthésie connue pour vous faire accoucher sans douleur. Notre expert, le Docteur Monique Berl, Praticien Hospitalier Anesthésiste en Maternité, nous explique dans les moindres détails les principes de cette technique, utilisée par plus de 60% des femmes le jour de leur accouchement.

La pose de la péridurale, comment ça se passe ?

Pour aller mettre des produits anesthĂ©siques dans l’espace pĂ©ridural, il faut d’abord repĂ©rer l’espace. Dans cette recherche, la participation de la patiente est trĂšs importante. Je recommande donc une position soit assise, soit couchĂ©e sur le cĂŽtĂ© mais surtout, la patiente ne doit pas bouger et doit bien faire le dos rond pour faire ressortir ses vertĂšbres.

Bien souvent l’aiguille fait peur…

Si l’aiguille fait peur c’est Ă  cause de sa longueur mais il faut bien qu’elle rentre dans l’espace pĂ©ridural ! Avant toute introduction, une anesthĂ©sie locale de la peau du dos est rĂ©alisĂ©e. La grande majoritĂ© des futures mamans reconnaissent aprĂšs, que la pĂ©ridurale ne leur a pas fait mal ! L’aiguille est en fait creuse pour permettre de mettre le cathĂ©ter Ă  l’intĂ©rieur du corps de la patiente. Celui-ci restera en place jusqu’Ă  la fin de l’accouchement pour permettre Ă  l’Ă©quipe mĂ©dicale de s’adapter rapidement Ă  toutes les situations. On peut alors adapter la dose et les rĂ©injections des produits anesthĂ©siques Ă  la longueur du travail.

DiffĂ©rentes mĂ©thodes d’injections existent.

Il existe d’une part, les mĂ©thodes contrĂŽlĂ©es complĂštement par le corps mĂ©dical qui dĂ©termine les doses et les intervalles d’injections. D’autre part, il existe aussi le systĂšme de la pompe programmable qui permet Ă  la patiente, Ă  l’aide d’une manette, de doser Ă  la demande la quantitĂ© de produit injectĂ©. Elle peut en effet ajouter du produit si la quantitĂ© de base n’est pas suffisante. Bien sĂ»r, selon la dose les effets sont diffĂ©rents. Plus on injecte de produit plus l’anesthĂ©sie locale est profonde.

Le moment de la mise en place du dispositif dĂ©pend vraiment de la patiente et des Ă©quipes mĂ©dicales. Une chose est sĂ»re, la pĂ©ridurale n’est installĂ©e que quand le travail a commencĂ© !

Est-ce que toutes les futures mamans peuvent en bénéficier ?

Toutes les futures mamans ne peuvent pas bĂ©nĂ©ficier de la pĂ©ridurale, parce que c’est un acte mĂ©dical et Ă  tout acte mĂ©dical il existe des contre-indications.

C’est pour cela que la consultation avec le mĂ©decin anesthĂ©siste est trĂšs importante. Elle est mĂȘme lĂ©gale et obligatoire depuis 1994. Cette derniĂšre est rĂ©alisĂ©e en gĂ©nĂ©ral six semaines avant l’accouchement. La patiente doit alors remplir un dossier mĂ©dical et donner un maximum d’informations au mĂ©decin anesthĂ©siste sur ses antĂ©cĂ©dents mĂ©dicaux. Cette consultation permet Ă  la patiente de discuter avec le mĂ©decin anesthĂ©siste et de prĂ©voir une stratĂ©gie pour mettre en place la pĂ©ridurale ou non.

Quand la balance « bĂ©nĂ©fice-risque » penche plus sur les risques, alors la patiente ne pourra pas bĂ©nĂ©ficier de la pĂ©ridurale. C’est notamment le cas des patientes qui ont des maladies ou des traitements qui altĂšrent la coagulation. Également si l’accouchement est dĂ©clenchĂ©, que ce soit pour des raisons mĂ©dicales ou de convenance, la pĂ©ridurale est fortement recommandĂ©e. En effet, les contractions Ă©tant dĂ©clenchĂ©es artificiellement, cela augmente considĂ©rablement la douleur.

Mais Ă©videmment la premiĂšre des contre-indications c’est le refus de la patiente !

Quelles sont les alternatives à la péridurales ?

On peut parler d’hypnose, d’haptonomie, de sophrologie. Ce sont des mĂ©decines douces. Il existe aussi la PCA (patient controlled analagesia). Ce sont des injections de dĂ©rivĂ©s morphiniques contrĂŽlĂ©es par la patiente. Cette technique a un effet secondaire majeur : l’apnĂ©e. Il faut faire particuliĂšrement attention au bĂ©bĂ©. Les doses sont donc limitĂ©es.

La prĂ©paration Ă  l’accouchement est aussi trĂšs importante. Il faut apprendre certaines techniques. On n’apprend pas Ă  se relaxer en 1h avec des contractions qui font mal. Il faut se prĂ©parer et savoir ce dont on a envie. On peut associer les techniques entre elles. C’est vraiment l’affaire de chacun car on peut en effet mixer mĂ©decine douce et pĂ©ridurale.

Quels sont les bénéfices attendus de la péridurale ?

La mise en place du cathĂ©ter permet de faire face Ă  une situation obstĂ©tricale critique de façon trĂšs rapide. Cela permet d’assurer la sĂ©curitĂ© de la maman mais aussi du bĂ©bĂ©. En effet, si on doit faire une manƓuvre trĂšs douloureuse, on se sera obligĂ© de faire une anesthĂ©sie gĂ©nĂ©rale. Les risques sont alors beaucoup plus importants pour la femme enceinte que l’anesthĂ©sie pĂ©ridurale qui n’endort qu’une rĂ©gion du corps. De plus, l’anesthĂ©sie gĂ©nĂ©rale risque d’endormir le bĂ©bĂ©.

Pour les grossesses multiples, la naissance du 2e et a fortiori 3e, et 4e se fait souvent avec des manƓuvres obstĂ©tricales douloureuses. Ces manƓuvres seront facilitĂ©es si la patiente n’a pas mal et qu’elle est relĂąchĂ©e. Dans ce cas, la pĂ©ridurale est fortement recommandĂ©e, dans le cas oĂč la cĂ©sarienne n’est pas envisagĂ©e.

Enfin, il existe beaucoup de pathologies en particulier cardiaques pour lesquelles il est important que la patiente ait une pĂ©ridurale. Il faut Ă©viter que ces mamans soient trop fatiguĂ©es et fassent de l’hyper ventilation pendant le travail.

Existe-t-il des effets secondaires ?

Oui tout peut arriver. C’est comme quand on traverse la route. Si on traverse en respectant la signalisation, il y a moins de risque que si on traverse le pĂ©riphĂ©rique de nuit. Le risque zĂ©ro n’existe pas.
Les choses les plus fréquentes si effets secondaires il y a :

  • Ça ne marche pas du tout ou l’anesthĂ©sie est asymĂ©trique : soit le cathĂ©ter est mal placĂ©, soit il a bougĂ©. Si ça ne marche pas on remet en place le dispositif. Ce n’est pas gĂȘnant de reposer une pĂ©ridurale.
  • Maux de tĂȘtes aprĂšs la pĂ©ridurale.

Est-ce que vous recommandez la péridurale aux futures mamans qui peuvent la recevoir ?

En tant qu’anesthĂ©siste je la recommande car cela assure la sĂ©curitĂ© de la patiente et du bĂ©bĂ©. Je la recommande d’autant plus si je pense que l’accouchement a peu de chances de se passer sans l’intervention d’un obstĂ©tricien.  Certaines patientes veulent sentir les sensations de l’accouchement.

Aujourd’hui, avec les techniques que l’on a, les patientes sont maĂźtresses de la quantitĂ© de produit qu’elles injectent. Ce que je recommande dans ce cas c’est de mettre un tout petit peu de produit. Les patientes ressentent les contractions et ont le dispositif en place qui va assurer leur sĂ©curitĂ© et celle du bĂ©bĂ©.

Dans une sociĂ©tĂ© oĂč personne ne se pose la question de savoir si on utilise des produits anesthĂ©siques chez le dentiste par exemple, il est illogique de vouloir accoucher sans pĂ©ridurale. Accoucher peut mettre la vie en jeu. N’oublions pas qu’il y a encore malheureusement des femmes qui meurent en couche. Alors s’il y a des Ă©lĂ©ments qui sont en faveur d’un accouchement compliquĂ©, il ne faut pas hĂ©siter Ă  convaincre la patiente de recourir Ă  la pĂ©ridurale. Cela permettra de faire face rapidement Ă  ces Ă©ventuelles complications.

À lire absolument