Remplacer les forceps par un sac plastique pour accoucher ?

Remplacer les forceps et les césariennes par un sac plastique ? Non, ce n’est pas une blague. Il s’agit là du dispositif Odon, proposé par un mécanicien argentin, qui doit aider les femmes au moment de l’accouchement. Soutenu par l’OMS (Organisation mondiale de la santé ), ce dispositif est actuellement en phase de pré-production. Sylvie Laberibe, sage-femme, nous donne son avis quand à ce nouveau projet, qui pourrait peut-être à terme, remplacer les forceps et les ventouses, parfois responsables de certaines blessures lors d’un accouchement.

 

 

Un sac plastique pour remplacer l’utilisation de forceps lors d’accouchements difficiles, que pensez-vous de cette proposition ?

À ma connaissance , en France en tous les cas, cette méthode n’est pas employée. Avant d’etre utilisée, toute méthode doit être évaluée pour pouvoir dire qu’elle puisse remplacer le forceps.
Mais pourquoi pas après tout ! Elle semble, à première vue, être peu traumatique, aussi bien pour l’enfant que pour le périnée maternel.

 

Pensez-vous qu’à terme, ce dispositif remplacera définitivement les forceps ?

Pour remplacer les forceps, cette méthode doit être évaluée et doit être toute aussi performante : c’est-à-dire qu’elle doit être aussi efficace dans des situations mécaniques difficiles. L’application du sac plastique ne me semble pas aussi simple qu’elle en a l’air dans le petit bassin maternel. En cas de souffrance fœtale par exemple, l’instrument doit pouvoir être posé rapidement et produire une traction efficace.

 

Il est expliqué que ce dispositif pourrait éviter une césarienne, est-ce vraiment possible ?

Une extraction instrumentale doit impérativement se faire sur une présentation fœtale engagée, suffisamment descendue. C’est-à-dire que la plus grande circonférence de la tête fœtale a passé la partie supérieure du bassin maternel. Lorsque la présentation n’est pas engagée, les manœuvres d’extraction se font obligatoirement par césarienne. Aucun instrument d’extraction ne peut donc remplacer une césarienne. L’indication d’une césarienne ou d’une extraction instrumentale pendant le travail dépend de la position de la tête fœtale dans le bassin maternel. Résultat, cet instrument ne peut en aucun cas éviter une césarienne.

 

Pouvez-vous nous rappeler à quel moment emploie-t-on le forceps ?

Le forceps est utilise lorsqu’il existe une difficulté au dégagement de la tête fœtale. C’est-à-dire au moment ultime de l’accouchement quand le bébé descend dans la partie inférieure du bassin au moment de l’expulsion . S’il existe une difficulté mécanique, c’est-à-dire que les efforts expulsifs ne suffisent pas pour dégager la tête, on utilise un instrument qui va produire une traction pour aider au dégagement. On peut aussi utiliser un forceps pour que la naissance se produise plus vite en cas de souffrance fœtale au moment de l’accouchement ou lorsqu’une péridurale trop dosée empêche la mère de pousser efficacement le bébé.

 


Comment procède l’obstétricien ?

L’obstétricien doit d’abord s’assurer que la tête fœtale est engagée dans le bassin maternel.
Il doit aussi bien identifier l’orientation de la tête fœtale dans le bassin et son degré de flexion.
Il existe différents types de forceps . Il pose d’abord une cuillère et il s’assure qu’elle est bien orientée. Puis, il réitère avec l’autre cuillère de façon à ce que chacune soit de chaque cote de la tête. Il effectue ensuite une traction en respectant l’axe du bassin en demandant à la mère de pousser . La distension du périnée étant assez rapide, le risque de déchirure est augmenté. L’épisiotomie est le corollaire d’une extraction par forceps dans la grande majorité des cas.

 

Est-ce que le recours aux forceps est douloureux ?

Le forceps peut évidement produire une petite marque sur la peau du bébé à cause de l’appui de l’instrument sur sa peau mais ces marques disparaissent rapidement en général, dans les heures qui suivent la naissance. Lorsque l’extraction est particulièrement difficile ou que les règles de pose n’ont pas été respectées , il peut y avoir des traumatismes plus importants au niveau du crâne de l’enfant . Ce cas-là est heureusement rare.

 

Quels soins particuliers nécessitent un accouchement sous forceps ?

Les règles d’asepsie, qui s’imposent lors d’un forceps, sont les mêmes que pour un accouchement normal. L’anesthésie est recommandée car le forceps est un geste douloureux dans la mesure où il provoque une distension périnéale plus rapide et plus importante .

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire