Neufmois.fr » Ma Grossesse » Accoucher » Souvenir, souvenir, MĂšre Veilleuse se souvient de son premier accouchement

Souvenir, souvenir, MĂšre Veilleuse se souvient de son premier accouchement

MĂšre Veilleuse ne ne savait pas Ă  quoi s’attendre pour son deuxiĂšme accouchement. Pourtant, un an auparavant cette jeune maman accouchait de son premier petit bout. Elle se souvient d’ailleurs parfaitement de la naissance de son aĂźnĂ©e, Framboisine. Vous voulez partager ses doux souvenirs ? Par ici la lecture les filles…

Les premiĂšres contractions sont survenues durant une belle soirĂ©e d’Ă©tĂ©, vers 19 heures. Elles n’Ă©taient pas douloureuses, bien au contraire… Elles Ă©taient excitantes ! Excitantes car le grand moment allait enfin arrivĂ©. Je voulais pouvoir les ressentir. D’ailleurs, lorsqu’elles n’Ă©taient pas suffisamment fortes la deception se lisait sur mon visage. ChĂ©rif (alias le super papa) les chronomĂ©trait et les enregistrait. Nous constations qu’elles devenaient de plus en plus rapprochĂ©es et nous riions nerveusement. Je montrais alors fiĂšrement Ă  Mamie-Sitter (derriĂšre sa camĂ©ra entrain d’immortaliser ce beau moment) tout ce qui se trouvait dans ma valise de maternitĂ©…

« Ouuuuuuuuhhh attends… il y en a une qui arrive”, m’exprimais-je avec un grand sourire… “Ça y est, elle est passĂ©e”, annonçais-je avec un sourire encore plus gros, aprĂšs avoir savourĂ© (pour ne pas dire englouti) une bonne plĂątrĂ©e de pĂątes pour prendre un maximum d’Ă©nergie avant le grand moment. AprĂšs une petite photo souvenir, Ă  quelques heures d’accoucher, nous dĂ©cidions avec ChĂ©rif de nous coucher tĂŽt, de dormir le plus possible et d’attendre que cela devienne douloureux. C’est d’ailleurs devenue trĂšs rapidement  douloureux
L’heure a sonnĂ© les amies ! À 3h30 du matin, je dis donc Ă  ChĂ©rif qu’il est  temps de se diriger vers la maternitĂ©.

Pour ĂȘtre ĂȘtre dans les temps le jour j et Ă©viter la panique, des amis nous avaient prĂȘtĂ© une petite Lupo verte que nous avions surnommĂ© « La Loupiotte ». Elle dĂ©marrait une fois sur deux mais cette nuit, on ne sait pas pourquoi, la voiture a bien voulu  dĂ©marrer du premier coup. Je m’accrochais alors fermement Ă  la poignĂ©e de la portiĂšre. C’est Ă  partir de ce moment-lĂ  que j’ai commencĂ© Ă  crier. Et j’ai criĂ©, criĂ©…pendant 15h…
Petite bonus….

Voici un petit extrait des petites notes de ChĂ©rif, prises sur le vif lors du premier accouchement, dans l’empressement, la joie, le stress, l’angoisse et tout ce qui va avec l’arrivĂ©e d’un tout petit ĂȘtre dans un couple :
4h : Nous débarquons chargés comme des mules (oui oui comme des mules, valise de maternité et tout et tout)  à la Maternité des Lilas.

4h50 : “Deux doigts larges”, c’est-à-dire : Dilatation à 2 cm

5h45 : La sage-femme invite MĂšre Veilleuse Ă  marcher et Ă  se balancer sur un ballon.

6h : Un quart d’heure plus tard, je dĂ©cide d’Ă©crire Ă   nos proches : « Je pense qu’elle va accoucher Ă  11h45 ou 11h46 ».

7h : Je m’allonge contre elle. On attend, encore…

9h45 : Perte des eaux ! Ah ! Je dois tout Ă©ponger derriĂšre elle. MĂšre Veilleuse commence Ă  avoir des nausĂ©es… Elle demande Ă  ĂȘtre auscultĂ©e et me dit : « Si je suis dilatĂ©e Ă  4 je demande la pĂ©ri ChĂ©rif « .

10h30 : Dilatation Ă  3 cm… MĂšre Veilleuse vomit toutes les deux contractions, je lui tiens un petit haricot sous le menton.

11h30 : Elle peste contre l’anesthĂ©siste ( ah les femmes !) et m’envoie chercher de l’aide. Elle me fait peur
 Je ne suis pas rassurĂ© !

12h15: PÉRIDURALE ! L’anesthĂ©siste tente de lui faire une blague : “Attention ! Je pique !”  Elle se crispe
 “Je rigole, lui dit-il, c’est dĂ©jĂ  fait”. Elle n’a rien senti, normal, elle est dĂ©jĂ  dans un Ă©tat second. POUCE s’il vous plait ! Une pause s’impose. Je sors fumer !

13h : On lui donne de l’ocytocine pour accĂ©lĂ©rer le travail.

15h : 5 cm

16h06 : 9 cm

16h15 : Cinq femmes arrivent en urgence pour accoucher. Les sages-femmes sont dĂ©bordĂ©es. On arrĂȘte de stimuler ses contractions pour ne pas qu’elle accouche seule. Ah, ça pas question !

17H : Des hurlements se font alors entendre. Je croise son regard terrifiĂ©. Je tente de la rassurer : “Ne t’inquiĂšte pas ma chĂ©rie, je pense que cette femme n’a pas eu de pĂ©ridurale
” Elle me croit Ă  moitiĂ©, seulement Ă  moitiĂ©…

17h50 : La sage-femme annonce soudain que c’est son tour et qu’elle ne sortira pas de cette piĂšce tant que Framboisine ne sera pas nĂ©e.

17h55 : Elle peut commencer Ă  pousser. J’attrape alors tout de suite le brumisateur.

18h25 : Elle commence Ă  s’Ă©nerver. J’arrĂȘte avec mon brumisateur. Elle dit que ça ne sert Ă  rien de pousser, Framboisine ne veut pas sortir.

18h30 : Petite pause tendresse. La sage-femme lui dit que la tĂȘte est lĂ  et lui demande si elle veut la toucher. “Je pousse, je pousse” rĂ©pond-t-elle
Pas le temps pour ça, on y est presque Framboisine !

18h35 : Elle se penche sur son ventre et attrape Framboisine sous les aisselles pour la tirer sur sa poitrine. “Ça glisse “, retorque-t-elle.

DĂ©sormais chĂšres lectrices, chĂšres futures mamans et mamans, je crois savoir et comprendre pourquoi je suis plus nerveuse Ă  l’approche de ce nouvel et deuxiĂšme accouchement. Et si c’était parce que cette fois-ci, je sais ce qui m’attends ? Je connais la situation Ă  laquelle je vais devoir faire face ? Pour tant de bonheur Ă  la fin !

http://mereveilleuse.over-blog.com/

À lire absolument

Laisser un commentaire