Ce qui vous angoisse le plus dans l’accouchement

Si l’accouchement est censé être l’instant de délivrance, le moment où vous allez enfin après ces neuf mois rencontrer votre enfant, il est aussi un sujet d’angoisse et de peur panique pour beaucoup de femmes. Alors, peurs fondées ou simples légendes urbaines ? Témoignages de futures mamans ! Et nos conseils.

 J'ai peur de perdre les eaux au supermarché ou au cinéma. Justine, 29 ans

On a toutes en tête ces scènes de film angoissantes durant lesquelles des femmes perdent des litres de liquide amniotique à la pharmacie ou chez le coiffeur avant un départ en trombe pour la maternité.
En réalité, la perte des eaux est souvent tellement discrète qu'elle passe inaperçue, confondue avec des pertes blanches !

J'ai peur d'accoucher dans la rue devant des passants ébahis. Claire, 31 ans.

On entend une fois l'an au JT ces récits épiques de femmes accouchant dans l'avion (et gagnant un forfait illimité chez Air France), sur l'autoroute ou dans le train… Ces naissances inopinées sont en fait extrêmement rares : environ 5 sur 1000 en comptant les accouchements chez le médecin ou à domicile.
Les futures mamans connaissent le plus souvent la date de leur accouchement et partent à la maternité quand tous les signes sont réunies. Alors si vous vous organisez correctement, aucune raison que cela vous arrive.
    
J'ai peur de faire la grosse commission alors que le médecin est entre vos jambes ! Fabienne, 23 ans.

Comble de l'humiliation pour pas mal de femmes, horrifiées que cela puisse leur  arriver… Certains gynécologues, sensibles à ces craintes, donnent des laxatifs aux futures mères afin qu'elles se « vident » – pardonnez nous l'expression, avant l'accouchement. Rassurez vous, vous aurez sûrement autre chose en tête le moment venu et sous l'effet des anesthésiants, la plupart des femmes ne s'en rendent même pas compte

J'ai peur que la péridurale ne marche pas. Anne-Laure, 34 ans

Et oui ça arrive : chez 5 à 20% des femmes, la péridurale ne fonctionne pas du tout. Plus fréquemment, il arrive que la péridurale ne soit efficace que d'un côté. Dans ces cas là, la respiration a un rôle essentiel.

J'ai peur d'arriver trop tard pour faire la péridurale. Julie, 27 ans.

« Il est déjà trop descendu, pas le temps pour la péridurale, alors on pousse maintenant ! » : cette phrase a terrorisé beaucoup de mamans en devenir sur la table d'opération. Se retrouver seule avec son accouchement, sans la péridurale rassurante qu'on attendait, est certes déstabilisant. Mais beaucoup de femmes ont fait sans avant vous, beaucoup de femmes feront sans après.                                                         

J'ai peur de ces engins de torture moyenâgeux, les forceps. Clotilde, 34 ans.

Il faut avouer que le mot en lui même est inquiétant. « Forceps », comme forcer ? Et non, mesdames, forceps comme « tenailles » en latin ! Cette espèce de grande pince utilisée lors des accouchements un peu longs ou difficiles sert à tirer très doucement la tête du bébé pour l'aider à descendre. Inventé au XVIIeme siècle, cet outil a sauvé depuis bien des enfants !


J'ai peur d'avoir à subir une épisiotomie. Charlotte, 31 ans.

Ce terme désigne une incision de quelques centimètres en dessous du vagin, pratiquée lorsque le bébé n'a pas l'espace de passer. Cette intervention est totalement indolore sur les femmes sous péridurale.

J'ai peur de faire une descente d'organes. Elodie, 35 ans.

Et oui, ça existe et ça s'appelle un prolapsus vaginal. Mais c'est extrêmement rare et intervient sur des femmes ayant déjà connu ce genre de problèmes auparavant. Si vous êtes en parfaite santé, aucun risque que cela arrive.

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire