Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Plongée dans un coma artificiel depuis septembre, la petite Marwa se réveille enfin…

Le 25 septembre dernier, l’hôpital de la Timone, à Marseille, accueillait la petite Marwa. Âgée d’un an, la fillette avait été placée dans un coma artificiel, à la suite d’un enterovirus, une maladie causant de sévères troubles neurologiques et la défaillance de certains de ses organes, dont le cœur. Le père de la petite, Mohamed Bouchenafa, s’est alors engagé dans un bras de fer avec l’hôpital, saisissant la justice, afin que l’établissement de santé continue les soins sur sa fille alors que l’hôpital souhaitait la débrancher. Ce 24 novembre, la petite puce s’est réveillée, nous informe Le Parisien…

L’hôpital souhaitait débrancher la petite Marwa

Le 4 novembre dernier, l’hôpital de la Timone a fait part de son souhait, lors d’une réunion de son comité d’éthique, d’arrêter les soins de la petite Marwa. La petite est placée sous appareil respiratoire et dans un coma artificiel, et les professionnels de santé n’avaient plus espoir qu’elle se réveille. L’une des avocates de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), Me Christel Schwing avait alors expliqué dans un communiqué : « Cette patiente ne pourra pas garder longtemps son appareil respiratoire. À terme, il faudra une trachéotomie. C’est une opération lourde, avec un taux de mortalité de 20 % et des complications qui peuvent être très sévères. » Pour les médecins de l’AP-HM, ce serait alors de l’acharnement thérapeutique.

Mais les parents de la fillette étaient contre cet avis. Pour eux, voir leur fille cligner des yeux et bouger étaient des signes d’espoir. Son père a alors dit qu’il fallait « lui donner du temps ». Pour se faire entendre, Mohamed Bouchenafa a alors saisi la justice. Et le tribunal administratif de Marseille s’est rangé aux côtés de l’avis du père, en ordonnant le mercredi 18 novembre à l’hôpital en question de poursuivre les soins du bébé, en attendant une expertise. Le tribunal administratif s’est prononcé en faveur de la demande du père car il considère que « de nombreuses incertitudes demeurent sur la pathologie initiale de l’enfant, sur les séquelles dont elle est atteinte, sur les examens pratiqués et sur son état actuel. » À savoir, les parents de la petite Marwa ont lancé une pétition sur Internet afin que l’hôpital ne la débranche pas. À ce jour, la pétition compte 112 275 signatures ! Un bel élan de solidarité s’est formé autour de cette famille.

La petite s’est réveillée de son coma artificiel

L’équipe des experts, composée de deux neurologues et d’un neuropédiatre, ont alors deux mois pour dire si l’hôpital de la Timone doit arrêter, ou non, les soins de Marwa. Et il semblerait que la fillette commence à aller mieux. Sur une vidéo partagée sur la page Facebook de la famille, « Jamais sans Marwa », on voit la petite puce réveillée… De l’espoir pour cette famille en désespoir. En légende de la vidéo, le père a par ailleurs écrit : « Ma Marwa d’amour, tu me manques mon ange, continue de te battre ma chérie, je t’aime trop. »


La famille espère alors que Marwa sera bientôt de retour au foyer familial, où sa sœur jumelle Safa, ses parents, ses frères et sœurs l’attendent avec impatience. Espérons que ce cauchemar prendra bientôt fin pour cette famille…

https://www.youtube.com/watch?v=CGDexGra8vM

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Vertbaudet) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire