Téléchargez l'application Neuf Mois
Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Ma grossesse non désirée, partagée entre joie et tristesse

Salut les filles ! Je m’appelle Mélanie et je vais vous raconter comment j’ai vécu ma première grossesse. Pour moi, non, ce n’était pas tout une grossesse désirée et attendue…

« Je comptais les jours d’ovulation pour ne pas tomber enceinte »

J’ai dû arrêter ma pilule car celle-ci ne me convenait plus et je n’ai pas voulu reprendre de contraception. Avec mon conjoint nous étions en plein dans la construction de notre maison. Nous vivions donc dans un mobil-home le temps des travaux. Nous avons passé plusieurs mois sur les nerfs, à se disputer, à se déchirer, j’étais même prête à le quitter. Puis, nous avons dû retourner un mois chez nos parents respectifs car nous devions enlever le mobil-home de notre terrain.

Puis quand enfin on s’est retrouvé dans notre maison, nous avons voulu fêter ça. J’étais en pleine période d’ovulation, mais je me suis dit que je n’allais pas être enceinte dès la première fois. Un mois passe, j’étais très malade, j’avais mal au ventre, je pensais à une gastro ou même à un ulcère à l’estomac. Je n’avais pas eu mes règles ni en novembre ni en décembre. Je décide donc de faire un test de grossesse et celui-ci s’est révélé positif ! Je l’annonce au papa qui, lui, était content, je prends les premiers rendez-vous. La première échographie passe, mais je suis toujours partagée, je n’arrive pas à exprimer ma joie, mon bonheur. On annonce l’arrivée de ce bébé à nos familles le jour de Noël. Quel sublime cadeau ! Ce bébé est le premier petit-fils des deux familles.

« J’étais partagée entre la joie et la tristesse »

Je doute. Je ne sais plus si je veux encore de ce bébé, je pleure beaucoup (il faut dire qu’avec le papa, ce n’est pas la joie, la construction nous a vraiment séparés). J’avais d’autres perspectives d’avenir, je n’avais que 22 ans, je ne voulais pas devenir maman tout de suite, je pensais donc à l’avortement. Le lendemain, nous avions l’échographie morphologique, et nous nous étions donné la nuit pour réfléchir. Puis nous sommes arrivés devant cette échographie et le gynécologue nous annonce que c’est un garçon. Je vois ce petit être bouger, je me dis que je ne peux pas lui faire ça. Nous décidons de ne pas parler de l’avortement avec le gynécologue.

Les mois passent, je ne me sentais pas plus heureuse que ça, je n’arrivais pas à faire d’achats pour mon propre fils, je n’étais pas épanouie. J’étais contente de le voir sur les échographies mais j’aurais aimé être plus heureuse. J’avais l’impression que ce petit être n’était pas à moi en fait. Une seule chose était sûre, c’est que j’aimais le sentir bouger, car je sentais qu’il était toujours en vie. C’est bizarre, mais j’avais besoin de ça pour me rassurer.

« Je me trouvais grosse et moche »

Mon ventre ne s’arrondissait pas, jusqu’au dernier mois, où là, j’ai vraiment eu un gros ventre. Je n’aimais pas me voir habillée, je passais donc mes journées en maillot de bain/paréo car je me sentais bien mieux comme ça. Arrive finalement le week-end avant sa naissance. On organise une grosse fête à la maison pour l’anniversaire d’un ami et je ne me suis pas ménagée. Je n’en pouvais plus d’être comme ça.

Enfin, plusieurs contractions se font ressentir. Nous partons à la maternité où les sages-femmes me disent que je ne suis ouverte qu’à un doigt et qu’il est donc inutile de me garder. Nous rentrons donc à la maison et je perds les eaux vers 9 heures avec beaucoup de contractions. Nous retournons à la maternité, où ils décident, cette fois, de nous garder.

« Je ne me rendais toujours pas compte de ce qu’il m’arrivait »

Nous n’avions toujours pas choisi le prénom de ce petit bonhomme. J’entre donc en salle d’accouchement à 19 heures 30. L’anesthésiste me pose la péridurale. À 21 heures, on commence l’accouchement. Tout se passe bien mais au moment de sortir mon fils, la sage-femme me demande de l’attraper. Je ne peux pas, je reste bloquée en disant que je ne veux pas. Alors elle le pose sur moi… Que dire de plus à part que ce fût un véritable coup de foudre, c’est inexplicable ce que l’on ressent à l’arrivée de notre propre enfant. J’oublie tout ce qu’il s’est passé en 9 mois et je regarde mon fils qui est en bonne santé et qui est beau comme un cœur. Il me regarde avec des yeux qui disent « Je t’aime maman ».


C’est un vrai bébé sourire ! Il nous comble de joie et de bonheur. C’est le véritable amour de ma vie, mon petit bonheur à moi que j’aime à l’infini.

 

 

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Bemini) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire