Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage : Delphine T. nous raconte son combat pour devenir maman

TĂ©moignage : Delphine T. nous raconte son combat pour devenir maman

C‘est un tĂ©moignage trĂšs touchant que nous livre aujourd’hui Delphine. ÂgĂ©e de 29 ans, la jeune femme essaye avec son mari d’avoir un bĂ©bĂ© depuis 2016. AprĂšs un mois d’essai, une bonne nouvelle, la jeune femme est enceinte ! Mais il s’avĂšre que Delphine a fait un Ɠuf clair. Autrement dit, son sac gestationnel ne contient aucun embryon. Un gros coup dur pour la jeune femme, qui nous raconte son combat.

« A quand mon tour, pourquoi les autres et pas moi ? »

VoilĂ  huit ans que je suis avec l’homme de ma vie. AprĂšs un mariage en 2016 et le retrait de mon implant contraceptif dans la foulĂ©e, le dĂ©sir d’enfant Ă©tait bien au rendez-vous. Premier mois d’essai et un joli + sur le test de grossesse apparaĂźt. Enfin nous allons ĂȘtre parents ! Un mois et demi plus tard une autre nouvelle m’attend, beaucoup moins heureuse cette fois. Il s’avĂšre que je fais un Ɠuf clair… je suis donc obligĂ©e de prendre des cachets afin « d’expulser » ce petit embryon qui avait trouvĂ© sa place dans mon ventre .. gros coup dur pour moi. Le gynĂ©cologue m’explique que nous pourrons essayer Ă  nouveau dans 3 mois… C’est sur ce laps de temps que j’ai appris que ma belle-sƓur et deux amies Ă©taient enceintes. À ce moment-lĂ , je suis partagĂ©e entre la joie de cette annonce et le sentiment de dĂ©tresse et tristesse qui me ronge de l’intĂ©rieur. À chaque nouvelle annonce de grossesse dans mon entourage je m’effondre, c’est la douche froide.. Ă  quand mon tour ? Pourquoi les autres et pas moi ?

Chaque mois la mĂȘme crainte de voir apparaĂźtre mes rĂšgles et chaque mois la mĂȘme dĂ©ception… Le sujet devient tabou autour de moi, par peur de me blesser, de me faire de la peine. La question du « alors Ă  quand votre tour? » ne se pose pas, pas devant moi en tout cas. Mon mari essaye comme il peut de me soutenir mais je me sens seule dans cette Ă©preuve. Les mois passent, les essais reprennent mais toujours pas de grossesse Ă  l’horizon. Les personnes autour de moi me disent de ne pas y penser, que c’est psychologique et que plus je vais faire une fixette dessus et moins j’aurais de chance d’ĂȘtre enceinte. Du coup j’essaye de ne plus y penser mais c’est plus facile Ă  dire qu’à faire !! VoilĂ  un peu plus d’un an que nous essayons d’ĂȘtre parents mais toujours rien Ă  ce jour. J’arrive petit Ă  petit Ă  mettre ma jalousie de cĂŽtĂ© et Ă  ne plus ressentir ce sentiment qui, il fait l’avouer, me ronge de plus en plus.

Un trĂšs long parcours

Je n’ai pas de « problĂšmes de santĂ© » mais un souci de poids. Lors de mon rendez-vous dans le service infertilitĂ© de l’hĂŽpital oĂč je suis suivie, cette problĂ©matique a Ă©tĂ© soulevĂ©e et mĂȘme plus que ça puisque la spĂ©cialiste ne veut pas lancer de procĂ©dure de procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e tant que je n’aurais pas perdu ce poids (on parle d’environs 30 Ă  35 kilos minimum). La question d’un recours Ă  une opĂ©ration de rĂ©duction de l’estomac a Ă©galement Ă©tĂ© soulevĂ©e (ce qui reporterait Ă  deux ans les projets bĂ©bĂ©s). Autant dire que cela a Ă©tĂ©, Ă  nouveau une grosse dĂ©ception pour moi. On m’a demandĂ© d’effectuer une batterie d’examens d’ici le mois de mars avec prise de sang, Ă©chographie et hystĂ©rographie (tout ça a des jours bien prĂ©cis du cycle, ce qui est trĂšs trĂšs difficile a gĂ©rer !)

Toujours garder l’espoir !

Pour tomber enceinte, je n’utilise pas vraiment de techniques particuliĂšres: j’ai tĂ©lĂ©chargĂ© deux applications mobiles qui permettent de calculer le jour d’ovulation pour augmenter les chances, j’ai essayĂ© pendant un mois (car trop contraignant) avec la prise de tempĂ©rature. Bien entendu en vain… A ce jour je n’ai pas pu Ă©changer avec d’autres femmes ayant vĂ©cu la mĂȘme chose que moi. Le peu de personnes Ă  qui j’en ai parlĂ© autour de moi n’ont jamais vĂ©cu cette situation et les discours que j’ai pu entendre m’ont encore plus « fermĂ©e » Ă  l’idĂ©e de parler sur ma situation. Croisons les doigts pour que je puisse enfin tenir d’ici quelques mois MON enfant et non celui des amies. Et que je puisse Ă  nouveau vous Ă©crire mais cette fois pour vous annoncer une bonne nouvelle.

À lire absolument