Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage : Audrey raconte son accouchement immortalisĂ© par une photographe

Témoignage : Audrey raconte son accouchement immortalisé par une photographe

accouchement

« Ce 18 avril 2016 restera sans doute ma plus belle expĂ©rience de vie » Audrey revient sur le jour de la naissance de son deuxiĂšme enfant, immortalisĂ© par la photographe Marie Dallagnol.

Vous avez choisi Marie pour photographier votre accouchement, est-ce la premiĂšre fois ?

C’était dĂ©jĂ  un projet durant ma premiĂšre grossesse, mais j’ai dĂ©couvert l’existence de Marie bien trop tard pour entreprendre l’aventure avec elle.

Comment s’est passĂ© l’accouchement avec Marie ?

Tout est allĂ© tellement vite, j’avais une peur panique de ne jamais la voir arriver Ă  temps. J’ai eu une sensation tellement indescriptible quand j’ai compris que Marie Ă©tait lĂ  avec nous. Elle aura Ă©tĂ© d’un Ă©norme soutien psychologique durant l’accouchement. Quand on a mal, quand on est Ă©puisĂ©, quand on pense qu’on n’y arrivera pas, quand notre mari ne sait pas comment rĂ©agir parce qu’il est dans une panique totale (voir sa femme souffrir, perdre pied…). Marie sait ce que je suis en train de vivre et trouve les bons mots. C’était un accouchement formidable, mĂȘme mes rĂȘves les plus fous ne l’égalent pas.

Accouchement

Accouchement

Aviez-vous des craintes concernant l’accouchement ?

On a toujours des craintes, chaque accouchement est diffĂ©rent. Les principales sont tout de mĂȘme celles de ne pas pouvoir accoucher naturellement, que le monde mĂ©dical reprenne sa place et empiĂšte sur notre mission de mettre au monde notre enfant seul. La seconde aura Ă©tĂ© que Marie n’y arrive pas. J’ai eu un accouchement trĂšs rapide et un peu prĂ©maturĂ©, donc Marie ne s’attendait pas Ă  mon coup de tĂ©lĂ©phone. Elle n’a pas dĂ©crochĂ© tout de suite et elle avait pas mal de route Ă  faire pour rejoindre la maternitĂ©. Mais elle y est arrivĂ©e.

Pourquoi avez-vous souhaité que Marie capture ce moment ?

Cette question me touche particuliĂšrement car nous en avons parlĂ© rĂ©cemment avec Marie. Mon premier accouchement n’a pas Ă©tĂ© prĂ©parĂ© comme il aurait dĂ» l’ĂȘtre, j’ai dit oui Ă  la pĂ©ridurale alors que je voulais un accouchement naturel, et malheureusement la fatigue, la douleur, la crainte et l’insistance de la sage-femme vis-Ă -vis de cette derniĂšre auront eu raison de moi. J’ai beaucoup de regrets concernant mon premier accouchement, j’ai l’impression d’avoir loupĂ© tellement de choses, une sensation de ne pas avoir Ă©tĂ© prĂ©sente… Ce dĂ©sir d’avoir un souvenir indĂ©lĂ©bile de mes accouchements Ă©tait dĂ©jĂ  prĂ©sent lors de ma premiĂšre grossesse mais j’ai dĂ©couvert l’existence de Marie durant mon septiĂšmement mois de grossesse alors que j’étais alitĂ©e et prĂȘte Ă  accoucher. La contacter me paraissait impensable Ă  ce stade-lĂ , on ne fait pas rentrer n’importe qui dans cette intimitĂ©. Rencontrer Marie pour ma seconde grossesse aura Ă©tĂ© comme revoir une amie d’enfance qu’on a pas vu depuis longtemps, et la sensation de se connaĂźtre dĂ©jĂ .

accouchement

accouchement

accouchement

Comment l’équipe mĂ©dicale a rĂ©agi Ă  la prĂ©sence de Marie ?

TrĂšs bien, la sage-femme qui m’a aidĂ© Ă  accoucher Ă©tait celle qui avait fait ma prĂ©paration Ă  l’accouchement. Elle Ă©tait donc parfaitement au courant de ma dĂ©marche et n’a pas eu Ă  y ĂȘtre confrontĂ© au moment venu. L’équipe que j’ai eu lors de mon accouchement Ă©tait celle rĂȘvĂ©e : une sage-femme qui me connaĂźt depuis des mois, qui connaĂźt chacune de mes envies, de mes craintes. Avant que Marie n’arrive, quand j’ai ressenti cette envie de pousser, ma super sage femme a eu cette rĂ©flexion, elle a regardĂ© mon mari et lui a dit : « Vite, vite, donnez-moi votre portable, je vais faire ces photos, c’est le moment, Marie n’arrivera pas! ». J’en ris encore aujourd’hui. Quelle superbe expĂ©rience!

Quand vous regardez les photos aujourd’hui, que ressentez-vous ?

Quand je revois ces photos, je me remĂ©more chacun des moments de mon accouchement. Mais je ressens surtout une immense fiertĂ©. Je suis fiĂšre de moi, de ce que j’ai rĂ©ussi Ă  accomplir, je suis fiĂšre de mon mari qui a Ă©tĂ© prĂ©sent Ă  chaque moment avec un regard protecteur que je ne lui connaissais pas. A la fiertĂ© se mĂ©lange l’émotion, celle d’une rencontre, celle d’un petit bout de femme qui se bat pour sa passion, qui se bat pour faire ce qu’elle aime, qui vous fait vivre les Ă©motions que vous ne pensiez jamais ressentir en regardant de « simples » photos! Quelle courage de rentrer dans une salle d’accouchement! Je suis tellement fiĂšre et heureuse de l’avoir rencontrĂ©e.

Si c’était Ă  refaire, retenteriez-vous l’expĂ©rience ?

Je dis souvent que si je devais choisir entre mes deux accouchements (1er pĂ©ridurale, seule, 2Ăšme naturel, avec Marie), je referais 10 fois le deuxiĂšme et plus jamais le premier. Mes enfants sont ma vie, ma plus grande fiertĂ©, mais mon premier accouchement aura Ă©tĂ© gĂąchĂ© par ce manque d’information, ce manque de dialogue envers les mamans d’un premier enfant, ce manque de prĂ©paration prĂ©-natale dans certains hĂŽpitaux. Si c’était Ă  refaire, bien sĂ»r, demain et chaque jour de ma vie. Ce 18 avril 2016 restera sans doute ma plus belle expĂ©rience de vie. Marie, en route vers le troisiĂšme ?

accouchement

accouchement

accouchement

 

Crédits Photos : ©mariedallagnolMDPIX

À lire absolument

Laisser un commentaire