Neufmois.fr » Conception » Les bĂ©bĂ©s mĂ©dicaments

Les bébés médicaments

Un bĂ©bĂ© qui soigne ? On n’arrĂȘte pas le progrĂšs et la science malmĂšne les tabous de la sociĂ©tĂ©. Les bĂ©bĂ©s mĂ©dicaments en sont la parfaite illustration. Les clones et les cellules souches poussent aujourd’hui les chercheurs Ă  aller encore plus loin. Si le bĂ©bĂ© mĂ©dicament a beaucoup fait dĂ©bat (37), c’est parce qu’il touche Ă  la vie. Auparavant, les gens se rĂ©signaient Ă  voir mourir un ĂȘtre cher quand celui-ci Ă©tait malade et qu’il n’y avait pas d’autres options. Mais aujourd’hui, rien ne semble impossible et c’est Ă  la source, chez l’embryon (404), que de plus en plus de scientifiques cherchent des rĂ©ponses.

 

Les cellules souches

Les embryons sont un trĂ©sor inestimable pour les futurs parents mais aussi pour les chercheurs. Contrairement aux cellules prĂ©sentes dans le corps d’un adulte ou mĂȘme d’un enfant, celles d’un embryon sont indiffĂ©renciĂ©es. Elles n’ont pas encore de fonction prĂ©cise comme les cellules du cƓur ou de la peau et les chercheurs ont eu des rĂ©sultats plus que concluants. Des organes ont Ă©tĂ© crĂ©e Ă  partir de ces cellules. GrĂące Ă  ces cellules souches, les mĂ©decins peuvent envisager de guĂ©rir des cancers, l’Alzheimer et crĂ©er des organes en laboratoire, ce qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© fait dans certains pays. Le problĂšme ? Ces prĂ©lĂšvements sur les embryons ne sont pas sans consĂ©quences. Aucune mĂ©thode n’a pu ĂȘtre Ă©laborĂ©e jusqu’ici pour prĂ©server ces embryons, et ils sont toujours endommagĂ©s dans le processus : les embryons sur lesquels des cellules souches ont Ă©tĂ© prĂ©levĂ©s ne peuvent jamais Ă©voluer en un fƓtus.

 

Les banques placentaires

Dans le cas des bĂ©bĂ©s mĂ©dicaments, les cellules du cordon ombilical du nouveau-nĂ© ou du bĂ©bĂ© Ă  naĂźtre sont utilisĂ©es pour commencer une thĂ©rapie permettant de guĂ©rir leur frĂšre ou sƓur malade. Les cellules de ces cordons ombilicaux sont identiques aux cellules souches. Elles peuvent guĂ©rir et rĂ©parer certains organes plusieurs annĂ©es aprĂšs la naissance, mais encore faut-il les stocker ! C’est ainsi que les banques privĂ©es de placenta ont vu le jour en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Contre 2 000 euros, on stocke le placenta de votre nouveau-nĂ© pour toute la vie. Un couple amĂ©ricain a ainsi sauvĂ© leur petite fille de cinq ans, atteinte de leucĂ©mie en utilisant les cellules du placenta stockĂ© de leur aĂźnĂ©e. Le gros souci, c’est que ça coĂ»te trĂšs cher et bien sĂ»r, ce n’est pas Ă  la portĂ©e de tout le monde.

 

Le clonage

Le dĂ©bat est loin d’ĂȘtre terminĂ©, tout comme les recherches dans cette direction. Ainsi, la CorĂ©e du Sud et le Japon continuent de chercher des moyens pour cloner les organes vitaux. Jusqu’ici, les rĂ©sultats sont prometteurs et selon les pronostics, le clonage pourrait permettre de remplacer les cellules dĂ©fectueuses. L’avenir nous le dira




À lire absolument