Neufmois.fr » Conception » Les enjeux Ă©thiques des bĂ©bĂ©s mĂ©dicaments

Les enjeux éthiques des bébés médicaments

Avant mĂȘme la naissance du premier bĂ©bĂ© mĂ©dicament, la polĂ©mique Ă©tait lancĂ©e. Chacun, en fonction de sa situation, voit les choses diffĂ©remment. Pour ou contre, le fait que la vie soit en jeu entraĂźne forcĂ©ment des questions d’éthique pour les mĂ©decins et autres professionnels impliquĂ©s.

Depuis l’avĂšnement des bĂ©bĂ©s-Ă©prouvettes, le corps scientifique n’a cessĂ© de dĂ©battre sur les questions d’éthique. Mais le progrĂšs scientifique ne peut ĂȘtre stoppĂ© parce qu’on a du mal Ă  trouver un compromis. Il est essentiel cependant de situer les implications des recherches scientifiques dans la vie de tous les jours. Un bĂ©bĂ© mĂ©dicament est-il un objet ou un ĂȘtre vivant ? Pour avoir un bĂ©bĂ© compatible, beaucoup d’embryons  sont sacrifiĂ©s, voire dĂ©truits, ce qui ne satisfait pas tout le monde. Les avis divergent selon les pays de mĂȘme que les lois rĂ©gissant la bioĂ©thique.


Peut-on aimer un bébé médicament ?

La premiĂšre implication Ă©thique est souvent d’ordre Ă©motionnel. Est-ce que les parents d’un bĂ©bĂ© mĂ©dicament  peuvent l’aimer comme un autre enfant en sachant qu’il est censĂ© remplir une fonction prĂ©cise ? Cet enfant Ă  venir n’est pas toujours dĂ©sirĂ© pour lui-mĂȘme et le fait qu’il serve un objectif le rĂ©duirait-il d’avantage Ă  un statut d’objet ? C’est pour prĂ©venir ce penchant qu’en Belgique et en Grande-Bretagne, chaque demande fait l’objet d’une enquĂȘte et d’une Ă©valuation psychologique des parents. Car mĂȘme si un bĂ©bĂ© est compatible avec son frĂšre ou sa sƓur aĂźnĂ©e, rien ne garantit la guĂ©rison. Si l’enfant malade meurt des suites de sa maladie malgrĂ© l’apport du bĂ©bĂ© mĂ©dicament, les parents regretteront-ils leur choix ? Le bĂ©bĂ© mĂ©dicament devenu grand ne doit pas en porter la faute.


Autre question, la sĂ©lection des embryons. Cette question concerne les parents avant tout, car mĂȘme au stade embryonnaire, il s’agit de leurs gĂšnes. Est-ce qu’un parent a le droit de dĂ©cider de la vie d’un embryon ? Contrairement Ă  l’avortement, la destruction des embryons non compatibles fait suite Ă  une sĂ©lection. Autrement dit, les parents dĂ©cident de ceux qui vont mourir. En sĂ©lectionnant systĂ©matiquement des embryons en fonction de leur qualitĂ©, certains craignent qu’on ne flirte avec l’eugĂ©nisme. Ainsi pour obtenir le premier bĂ©bĂ© mĂ©dicament, il a fallu choisir parmi 15 embryons.


À lire absolument