Violences obstétricales : pourquoi le gouvernement et les gynécologues sont en désaccord ?

En commandant un rapport sur les violences obstétricales au Haut Conseil à l’Egalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa, nouvelle secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, se retrouve face aux membres du Collège national des gynécologues et obstétriciens français qui contestent le chiffre énoncé par cette dernière concernant le taux d’épisiotomie dans le pays. Marlène Schiappa parlait d’un taux atteignant les 75% d’épisiotomies en France.

Violences obstétricales : on fait le point sur le débat en France

Marlène Schiappa, nouvelle secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes a affirmé jeudi dernier que le taux d’épisiotomie en France s’élevait à 75%. Ce chiffre a tout de suite été réfuté par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). Selon ce dernier, ce chiffre serait totalement erroné. La secrétaire d’Etat s’est inquiétée des pratiques obstétricales non consenties avec notamment des violences obstétricales sur des femmes plus fragiles comme les femmes très jeunes, les femmes handicapées ou les femmes étrangères. Elle a d’ailleurs commandé un rapport sur les violences obstétricales au Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCE). Les termes utilisés (violence obstétricale) sont très forts, et ainsi, les professionnels de santé se sont sentis insultés et ont répondu sous forme de lettre ouverte dans laquelle ils ont exprimé leur profond mécontentement.

Violences obstétricales : qu’est-ce que c’est ?

Le terme de violences obstétricales qui a été utilisé par la secrétaire d’Etat n’est pas nouveau. Depuis plusieurs années, de nombreuses associations pointent du doigt des maltraitances physiques ou psychologiques pratiquées pendant l’accouchement : épisiotomie effectuée sans explications et consentement libre et éclairé, immobilisation forcée, personnel soignant culpabilisant ou indifférent… Si on peut reprocher le manque de tact du membre du gouvernement, cette sortie aura permis de mettre en lumière un réel problème. Des formations spécifiques sur la prise en charge et la communication avec les patientes pourraient améliorer la situation. Heureusement, dans la plupart des maternités tout se passe très bien.

Les clés pour comprendre ce qu’est l’épisiotomie

L’épisiotomie est un acte chirurgical qui consiste à inciser une partie du périnée. Longtemps considérée comme indispensable pour éviter une déchirure naturelle qui aurait plus de conséquences délétères, elle est aujourd’hui largement remise en question. Le taux d’épisiotomie est d’ailleurs très faible dans certains pays et l’OMS ne la recommande pas. En France, le taux d’épisiotomie a beaucoup baissé pour arriver à un taux moyen de 27% et de plus en plus de gynécologues militent pour son abandon. Néanmoins, cette pratique se réalise encore relativement souvent dans certaines maternités.


Neuf Mois lance un sondage sur les violences obstétricales, n’hésitez donc pas à venir en parler et à donner votre avis, on attend vos retours ainsi que vos témoignages (que vous pouvez envoyer à info@neufmois.fr si vous souhaitez faire part de votre histoire personnelle et de vos ressentis).

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire