En train de lire
Quand pommes de terre et future grossesse riment avec diabète gestationnel

Quand pommes de terre et future grossesse riment avec diabète gestationnel

Si vous souhaitez avoir un bébé, il faut tout d’abord arrêter la pilule, c’est fait ? Bon, maintenant on arrête aussi les pommes de terre. Ah bon ? Il faut croire. Ces féculents, pourtant si bons, risquent de provoquer chez vous un diabète gestationnel durant votre grossesse.

Frites maison, gratin dauphinois, tartiflette, raclette, purée… Rien que d’énumérer tous ces plats faits à base de pommes de terre nous donne l’eau à la bouche ! Et pourtant, selon une récente étude réalisée par des chercheurs américains de l’Institut Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development et de l’université d’Harvard, et publiée sur le site britannique British Medical Journal, manger trop souvent des pommes de terre avant une grossesse favoriserait le diabète gestationnel. Le diabète gestationnel (ou diabète de grossesse) survient chez la future maman vers la fin du 2eme trimestre, soit de la 14ème à la 27ème semaine de grossesse. C’est une complication de la grossesse due à une intolérance aux glucides, qui entraîne un excès de sucre dans le sang. Le diabète gestationnel doit être surveillé de très près mais aussi très vite pris en charge car il existe un risque pour la femme enceinte, tout comme pour le bébé.

Un diabète augmenté de 50%

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs américains ont analysé les dossiers médicaux de 15 000 femmes qui n’avaient pas de diabète avant d’être enceinte, et ayant eu au moins une grossesse entre 1991 et 2001. Sur les 15 000 femmes, il y a eu 21 000 grossesses (non multiples) et 854 femmes ont présenté un diabète gestationnel. Les spécialistes ont également tenu compte des facteurs qui pouvaient engendrer cette complication tels que l’obésité, l’âge de la future maman, un diabète antérieur, mais aussi l’activité sportive.


Résultats ? Toutes celles qui consommaient massivement des pommes de terre, à raison de cinq fois par semaine risquaient d’engendrer un diabète de grossesse augmenté de 50% comparé à celles qui n’en consommaient qu’une seule fois par semaine.

Voir Aussi

Dirigés par le professeur Cuillin Zhang, les experts expliquent qu’il s’agit de l’index glycémique élevé, présent dans la pomme de terre et qui donc engendre une hausse rapide du sucre dans le sang. Toutefois, ils confient qu’il ne s’agit que d’une étude « observationnelle » et qu’il est donc impossible de tirer des conclusions trop hâtives. Soulagées les filles ? Du coup ce soir, raclette !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire