Un voisin en veut à son bébé, mais pourquoi ?

En Australie, Trish La Forty, une maman de 26 ans, a reçu dans sa boîte aux lettres un petit mot rédigé à la main, dont l’auteur est resté anonyme. Son contenu a rendu la mère de famille hors d’elle…

Sur ce bout de papier, un voisin a écrit pour se plaindre du bruit venant de l’appartement de Trish et de son compagnon. En effet, cette personne ne supporte apparemment pas d’entendre les pleurs de leur bébé… « Vous arrivez peut-être à ignorer les pleurs de votre bébé mais nous en avons marre de l’entendre pleurer à longueur de journée », pouvait-on lire.

La maman accusée a été choquée par l’agressivité de la note, et par la lâcheté de la personne qui n’a pas laissé son nom ni son adresse et n’est pas venue toquer à leur porte exprimer ses reproches de vive voix.

 

Voisin-plainte-bebe-pleurs 1

 

Trish a alors publié un message sur son compte Facebook adressé « à quiconque a écrit ce mot », où elle a d’abord été ironique : « Merci. Comme si être parent n’était pas déjà assez difficile, c’est bien de voir que nos voisins nous soutiennent ». Elle a ensuite critiqué le manque de courage de l’auteur qui aurait pu laisser une information sur lui ou carrément venir sonner chez eux pour en parler face à face. Trish a ensuite défendu son bout de chou en précisant qu’il ne pleurait pas « toute la journée », mais seulement quand il ne veut pas aller dormir, que sa couche est sale ou quand il fait un caprice. En clair, il est juste comme tous les petits enfants ! La mère de famille a ensuite conseillé au voisin râleur de « déménager à la campagne » si le bruit des voisins l’indispose tant, ou de venir chez eux pour en parler, « puisqu’il sait apparemment où [le couple] habite ».

On comprend que les bruits des différents voisins dans un immeuble peuvent importuner la nuit quand on essaye de dormir par exemple, mais il faut quand même être compréhensif avec les parents : en effet, ce n’est pas un boulot facile, et c’est normal qu’un bébé pleure ! Le petit bout n’est pas en larmes sans raison.


Aujourd’hui, les internautes prennent le parti de la maman. Comme l’explique le journal britannique Metro, la jeune femme a reçu « des dizaines de messages de soutien ». Et apparemment, Trish a fait le tour de tous ses voisins, mais ils ont tous indiqué « n’avoir pas du tout connaissance de ce mot ». Incroyable !

 

Voisin-plainte-bebe-pleurs-2

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire