Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Pakistan : le bĂ©bĂ© accusĂ© de meurtre enfin relĂąché 

Pakistan : le bébé accusé de meurtre enfin relùché 

On vous a parlé il y a quelques temps de ce petit bout de 9 mois accusé de tentative de meurtre au Pakistan. Voici la fin du procÚs qui accusait cet enfant, innocent bien sûr.

 

Petit rappel des faits

Mohammad Musa, bout de chou ĂągĂ© de 9 mois, a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© avec toute sa famille. Tous ont Ă©tĂ© accusĂ©s d’avoir tentĂ© d’assassiner des inspecteurs d’une compagnie de gaz venus pour rĂ©soudre des problĂšmes de piratage de compteurs. Les reprĂ©sentants de la compagnie avaient en effet Ă©tĂ© agressĂ©s par des jets de pierre.. Mais comment un petit garçon de neuf mois peut-il ĂȘtre accusĂ© d’avoir participĂ© Ă  cela ?

 

Les failles de la justice pakistanaise

Cette affaire est un dĂ©sastre pour le systĂšme judiciaire pakistanais qui a dĂ©montrĂ© qu’il n’Ă©tait pas capable de respecter ses propres lois et de distinguer une absurditĂ© d’une vĂ©ritable accusation. Un petit garçon qui sait Ă  peine parler et qui pleurait de peur sur l’Ă©paule de son grand-pĂšre lors du procĂšs ne peut ĂȘtre consciemment accusĂ© de tentative de meurtre. Cette accusation va d’ailleurs Ă  l’encontre de la loi. La responsabilitĂ© criminelle commence Ă  l’Ăąge de 12 ans au Pakistan, alors que Mohammad n’a mĂȘme pas soufflĂ© sa premiĂšre bougie…

 

La police relaxe le garçon

AprĂšs quelques semaines (tout de mĂȘme !) de tergiversations, la police a dĂ©cidĂ© de relaxer le bĂ©bĂ©. Jusqu’Ă  prĂ©sent, le grand-pĂšre essayait de rĂ©unir l’argent pour payer sa libĂ©ration sous caution… Mieux, le tribunal a ouvert une information judiciaire pour comprendre comment un policier peut sciemment accuser un enfant en bas Ăąge, il ne faut pas que ce genre d’évĂ©nement se reproduise.
L’histoire du petit Muhammad Musa a fait le tour du web et a dĂ©clenchĂ© la colĂšre de milliers d’internautes. Face Ă  ce scandale international, le Pakistan a Ă©tĂ© obligĂ© de rĂ©agir. Une fois de plus, internet et ses relayeurs nous prouve qu’on peut venir en aide aux plus lointains des bouts de chou !

 

Quant au grand-pĂšre de Mohammad, avec quatre autres personnes, il attend toujours son jugement.

À lire absolument