Manger son placenta serait mauvais pour la santé !

Des scientifiques de la Northwestern University affirment que manger le placenta n’est pas bon pour la santé. Bien au contraire ! Malgré les idées reçues, il n’y a aucune preuves tangibles sur les bienfaits de cet organe, nous apprend le site anglais The Telegraph.

La consommation du placenta a des effets… indésirables !

Cette étude publiée dans le journal Archives of Women’s Health démontre que consommer le placenta pourrait provoquer quelques effets indésirables. « Les scientifiques n’écartent ainsi pas la possibilité que manger le placenta puisse altérer la qualité du lait maternel, et donc de l’alimentation du bébé » explique Dr Crystal Clark, en charge de l’étude. En effet, les déchets rejetés par l’embryon se retrouvent dans cet organe.

De plus, il n’y aucune protection prise au moment de la conversation de cet organe. Pour le moment, aucune conservation adéquate n’existe pour cet aliment.

Une pratique courante

Des croyances populaires, de plus en plus répandues en Chine, aux États-Unis ou en Allemagne, stipulent que manger le placenta serait bon pour la santé, mais aucune étude en témoigne. En effet, les chercheurs, en parcourant les divers dossiers, nous informent qu’ingérer le placenta ne soignerait pas la dépression post-natale ni les douleurs de l’accouchement. « Il existe beaucoup de témoignages de femmes qui affirment que consommer le placenta de leur bébé est bénéfique mais cela reste subjectif. Or, aucune recherche n’a été faite sur les risques de cette pratique » affirme le docteur.

Ainsi, cette étude recommande de consulter son médecin sur cette pratique peu commune plutôt que de suivre les conseils de sites peu fiables.


A rappeler que cette pratique n’est pas autorisée en France. Mais certaines femmes françaises y ont tout de même recours. En effet, lors d’un accouchement à domicile (1 à 2% des naissances), les mamans désirent conserver leur placenta pour le consommer. Pourtant, selon les textes de loi français, « le code civil prévoit que le corps humain, ses éléments et ses produits ne peuvent faire l’objet d’un droit patrimonial, donc une femme n’est pas propriétaire de son placenta ». En conséquence de quoi, le placenta, lors d’un accouchement en maternité, est en général détruit mais il peut être utilisé à des fins exclusivement médicales pour encourager la recherche.

news manger son placenta est pas bon pour la sante

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire