Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » L’UvestĂ©rol D enfin suspendu de la commercialisation aprĂšs le dĂ©cĂšs d’un nourrisson

L’UvestĂ©rol D enfin suspendu de la commercialisation aprĂšs le dĂ©cĂšs d’un nourrisson

La ministre de la SantĂ©, Marisol Touraine, a annoncĂ© ce matin la suspension de la commercialisation de l’UvestĂ©rol D. Le dĂ©cĂšs d’un nourrisson de dix jours aprĂšs administration d’une dose de ce produit de supplĂ©mentation en vitamine D a provoquĂ© un raz de marĂ©e sur les rĂ©seaux sociaux oĂč certains internautes ont parfois clouĂ© au pilori la vitamine D, pourtant essentielle. Petit rappel des trois points Ă  retenir.

Suspendu enfin !

Il y avait des annĂ©es que le doute sur l’opportunitĂ© de maintenir sur le marchĂ© ce produit subsistait. Eh bien, c’est fait, les autoritĂ©s sanitaires ont enfin dĂ©cidĂ© de suspendre la commercialisation de ce produit. Il aura fallu le dĂ©cĂšs d’un nourrisson pour que cette dĂ©cision soit prise alors qu’on connaissait une centaine de cas de complications depuis quelques annĂ©es (malaise vagal, fausse route), imputables Ă  la galĂ©nique du produit et Ă  son mode d’administration pas vraiment adaptĂ© Ă  un nouveau-nĂ©. Selon les premiĂšres constatations de l’agence du mĂ©dicament, ce serait d’ailleurs bien le mode d’administration de ce complĂ©ment vitaminique qui serait en cause dans ce dĂ©cĂšs.

La vitamine D n’est pas toxique

Dans cette affaire, comme dans les cas prĂ©cĂ©dents de complications avec l’UvestĂ©rol D, ce n’est pas la composition du produit qui pose un problĂšme sanitaire mais son mode d’administration. L’UvestĂ©rol D n’est pas le seul produit disponible sur le marchĂ© et les autres produits ont un mode d’administration beaucoup moins invasif que l’UvestĂ©rol D et ne se sont jamais fait connaĂźtre pour des effets secondaires nocifs. Reste Ă  savoir pourquoi les maternitĂ©s prescrivent depuis des annĂ©es ce produit plutĂŽt qu’un autre, avec lequel aucune des complications constatĂ©es avec l’UvestĂ©rol D n’est connue ? MystĂšre
 Depuis 1990, date de mise sur le marchĂ© de ce produit, il n’y avait pas eu de dĂ©cĂšs. C’est chose faite et c’est un triste constat. D’autant que depuis 2006, les agences de pharmacovigilance tiraient la sonnette d’alarme et plaidaient pour un retrait de ce produit, estimant que les modifications de la formule (dose passĂ©e de 1ml Ă  0,35 l), de la pipette et les explications sur le bon mode d’administration prĂ©cisĂ©es sur la notice ne suffisaient pas Ă  assurer la sĂ©curitĂ© des bĂ©bĂ©s. En vain. Manifestement, l’Agence du mĂ©dicament, qui n’a jamais dĂ©cidĂ© du retrait du produit, n’a pas fait son job


La vitamine D est essentielle à l’enfant

Non, elle ne sert pas qu’à donner bonne santĂ© aux enfants. Ce n’est pas son rĂŽle, mĂȘme si, oui, comme toutes les vitamines, elle peut booster le systĂšme immunitaire de l’enfant. Son rĂŽle, c’est d’aider Ă  fixer le calcium sur les os, et faire en sorte que l’enfant ne souffre pas de rachitisme comme c’était frĂ©quent autrefois, ne subisse pas de fractures trop frĂ©quentes, ni ne souffre pas, Ă  l’ñge mature, d’ostĂ©oporose. C’est donc une complĂ©mentation Ă  assurer sur le long terme, jusqu’à au moins 5 ou 6 ans, puis Ă  l’adolescence quand les os affrontent un pic de croissance soudain et Ă  l’ñge adulte pour prĂ©parer son squelette Ă  affronter le grand Ăąge. Souvenez-moi de ces personnes trĂšs ĂągĂ©es, que vous croisez en ville, courbĂ©es en deux sur une canne et ne pouvant plus se redresser du tout ? Ce sont des victimes de l’ostĂ©oporose. Pas vraiment tentant, ni pour soi, ni pour nos enfants, mĂȘme si on ne sera plus lĂ  pour le voir. Donc exit l’UvestĂ©rol D, place Ă  la vitamine D sous des formes sans problĂšme, comme ces produits qui se dĂ©posent sur le bout de la langue Ă  raison de trois gouttes par jour.

À lire absolument

Laisser un commentaire