Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop Grossesse

L’utérus fabriquerait du « lait » jusqu’à la fin de la 11ème semaine

En 2002, le professeur Graham Burton, spécialiste en physiologie de la reproduction à l’Université de Cambridge, et son équipe ont découvert que la muqueuse de l’utérus produit un aliment pour l’embryon. Cette fois, le site web anglais New Scientist rapporte qu’une équipe de scientifiques de l’Université de Manchester est allée plus loin encore dans l’étude de ces nutriments.

Le womb-milk ou lait de ventre

Si le lait maternel apporte les nutiments essentiels au bébé après sa naissance, il semblerait qu’avant 11 semaines, le foetus ne soit pas capable d’ingérer les nutriments transmis par le cordon ombilical. Pour se nourrir, l’embryon va donc chercher sa nourriture directement dans le placenta.

Ce que l’on appelle le « womb milk » (lait de ventre) est un nutriment histotrophe, c’est à dire qu’il utilise des éléments nutritifs dérivés des tissus maternels autre que le tissu sanguin. Il fournit de l’énergie au foetus ainsi que les éléments biochimiques nécessaire à la bonne croissance de ce dernier.

La muqueuse de l’utérus comme fournisseuse de nutriments

En réalité, ce sont les glandes de la muqueuse de l’utérus qui produisent la substance sucrée que l’on compare à « du lait de ventre ». Elle est compsoée de glycogène et de fragments de protéines sucrées.

Une étude qui expliquerait les fausses couches ?

La découverte de ce que sont les nutriments produits par la muqueuse de l’utérus, à savoir du sucre, permettrait d’améliorer la qualité des FIV (Fécondation In Vitro) et de mieux comprendre l’origine des fausses couches.

Le Dr Carolyn Jones , chercheuse à l’Université de Manchester, affirme qu’il « existe une sorte de « code » qui influe sur la fixation de l’embryon dans l’utérus ». Elle ajoute que « ce code est fait de sucre. On le trouve à la surface de la muqueuse utérine et sur l’embryon ». Selon la scientifique et sachant que chaque espèce possède un code propre, « il se pourrait que si le code ne correspond pas parfaitement entre l’embryon et l’utérus, l’implantation ne fonctionne pas ».


Le régime alimentaire de la maman joue sur la qualité du « womb milk » ?

Le professeur John Aplin, spécialiste en médecine de la reproduction à l’Université de Manchester estime « qu’un changement dans le régime alimentaire de la femme ou la mise en place d’un facteur à risque comme le tabac permettrait l’accumulation de ces matériaux dans la muqueuse de l’utérus ».

Des meilleures FIV ?

La découverte de la substance nutritive consommée par l’embryon jusqu’à ses 11 semaines permettra d’améliorer l’envrionnement dans lequel va évoluer le foetus jusqu’à l’implantation dans le ventre de la future mère. L’objectif à long terme est de créer des fœtus capables de « s’attacher » à l’utérus de sa mère plus solidement.

lait d'utérus

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire