Levothyrox et grossesse : faut-il s’inquiéter ?

Depuis quelques semaines, le Levothyrox est sous le feu des projecteurs : en cause le changement de la composition de ce médicament qui provoque de nombreux effets secondaires parfois très handicapants d’après de nombreux malades. Alors enceinte, doit-on s’inquiéter si l’on prend ce médicament ? Que doit-on faire ? Éclaircissements.

Levothyrox, qu’est-ce que c’est ?

Le Levothyrox est un médicament destiné à traiter les troubles d’hypothyroïdie : c’est-à-dire quand la glande thyroïde ne fonctionne pas assez bien ou parfois pour aider à freiner la TSH, une hormone thyroïdienne. Le Levothyrox est donc un médicament permettant de remplacer la thyroxine, hormone thyroïdienne agissant sur la régulation du métabolisme. Enceinte, le traitement à base de Levothyrox peut être parfaitement maintenu puisque l’hormone de synthèse ne passe pratiquement pas à travers le placenta. De plus, il n’y a pas de risque fœtal avéré. Le traitement peut aussi être maintenu pendant l’allaitement.

Quels sont les effets secondaires relevés par les patients sous levothyrox ?

Depuis quelques mois, de plus en plus de patients sous Levothyrox se plaignent d’effets secondaires particulièrement handicapants : perte de cheveux, vertiges, douleurs, maux de tête, crampes…. Les associations de malades demandent que la nouvelle formule soit arrêtée.

Une nouvelle formule pour le Levothyrox

En mars 2017, le laboratoire en charge de la production de Levothyrox a changé la formule du médicament, à la demande de l’ANSM. En effet, selon l’agence du médicament, la teneur en hormone de substitution était variable d’un lot à un autre avec l’ancienne formule. Ainsi, si le principe actif, l’hormone de substitution, n’a pas été modifié, ce sont les excipients qui ont été changés. Le mannitol a remplacé le lactose et de l’acide citrique anhydre a été rajouté. Les excipients sont des substances qui n’ont pas d’action thérapeutique : on les utilise par exemple pour la conservation du médicament. Mais alors pourquoi ce changement de formule génère-t-il autant d’effets secondaires ? Le changement d’excipient a pu, chez certaines personnes, modifier la façon dont l’hormone de synthèse est absorbée par le corps : le médicament agit alors moins bien.


Que faire ?

Surtout n’arrêtez pas votre traitement. Enceinte, vous devez continuer à prendre votre médicament. Votre médecin vous prescrira un dosage hormonal de TSH dans les quatre semaines qui suivent votre prise de la nouvelle formule. Si vous ressentez des effets secondaires, consultez votre médecin, vous pourrez éventuellement bénéficier d’un traitement sous forme de gouttes par exemple, exempt d’excipients. Un numéro vert est aussi mis à disposition : 0800 97 16 53 pour toutes questions.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire