Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Les bébés siamois séparés fin mai sont en pleine forme

Le 26 mai, deux enfants guinéens nés siamois ont pu être opérés l’hôpital Necker-Enfants Malades de Paris grâce à l’association La Chaine d’Espoir qui a financé l’opération. Laquelle visait à les rendre autonomes l’un de l’autre et n’était pas sans risque.

Pour réussir cette opération délicate, sept chirurgiens se sont relayés pendant plus huit heures.

Cette séparation était vraiment compliquée car Hassan et Boubacar étaient reliés par le buste, et partageaient leur foie et leur intestin. Les deux enfants, âgés de 4 mois et demi, vont bien après ce début de vie plutôt mouvementé. En effet, leur particularité n’avait pas été décelée avant la naissance et ils sont nés malgré tout par voie basse.

Des opérations de plus en plus fréquentes

Les opérations de siamois, désormais, sont de plus en plus fréquentes (plusieurs par an) et couronnées de succès alors qu’il y a encore 15 ans, c’était une opération rare et dont l’issue était hélas souvent fatale pour au moins l’un des bébés.

Quand ils ne mourraient pas à l’accouchement ! Le médecin guinéen, présent lors de l’opération à l’hôpital Necker-Enfants Malades, a en effet expliqué que ce sont les premiers bébés siamois nés vivants en Guinée. Nul doute que ces deux petits seront fêtés comme il se doit lors de leur retour au pays !

Le dernier cas français remonte à 2005

La naissance de bébés siamois est rare (1 pour 100 000 naissances en moyenne), mais ce n’est pas un phénomène récent : l’Histoire relate des cas de naissances siamoises depuis le Moyen-Age. De même, l’opération qui permet de les séparer n’est pas récente : le premier essai couronné de succès a eu lieu au XVIIe siècle.

En France, le dernier cas connu concerne Mohammed et Souleymane, nés grands prématurés, qui ont été séparés avec succès pour la première fois en France le 15 décembre 2005 à l’hôpital Nord de Marseille.

En France, cette malformation embryonnaire est souvent dépistée à l’échographie et aboutit en général à une interruption médicale de grossesse. Dans les pays où l’échographie est encore une science rare, les naissances de jumeaux siamois arrivés à terme, bien que rares, sont plus fréquentes et nécessitent une expatriation pour l’opération. Mais en cas de jointure par le crâne ou de cœur partagé, la séparation des siamois n’est pas possible.

Certains siamois vivent à l’âge adulte encore reliés mais beaucoup décèdent dans la petite enfance.

Des-bebes-siamois-separes-avec-succes-a-l-hopital-Necker

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire