A la poursuite du bisphénol A

Le ministère de l’écologie s’est trouvé un nouvel ennemi à abattre : le bisphénol A. Aux commandes de ce ministère depuis peu, Ségolène Royal prend la question très au sérieux et a décidé d’éradiquer au maximum ce produit chimique du quotidien des Français.

 

Qu’est ce que le bisphénol A ?

Le bisphénol est une molécule que l’on retrouve dans beaucoup de composantes de notre quotidien. Depuis 2010, il est interdit dans les biberons. En 2012, il a été interdit dans tous les ustensiles à utilité alimentaire. Le fait est que cette molécule se détache facilement de son support premier et intègre l’organisme… Acide, on a noté lors d’expériences qu’elle peut endommager le corps à long terme. Ainsi, chez les rats, le bisphénol A aurait une action néfaste sur leur cerveau, ou sur la reproduction masculine.

De plus, la Direction des aliments de Santé au Canada souligne qu’elle fragiliserait en particulier nos petits de moins de 18 mois. Premièrement parce qu’ils sont plus sensibles aux agressions extérieures que les plus grands, mais également parce que le bisphénol A se retrouve dans le lait de la jeune maman, lait qui arrive directement dans l’organisme de bébé ! Chez l’adulte, les retombées sont pour l’instant invisibles mais on suppose déjà un lien avec l’augmentation du nombre de cancers par an.

 


Éradiquer sa présence de notre quotidien

Ségolène Royal, ministre de la santé, a donc décidé de faire du combat contre le Bisphénol A son combat. Elle s’est rendue ce week-end dans les magasins Carrefour et Naturalia, afin de les féliciter pour avoir supprimé l’utilisation du Bisphénol A de leurs tickets de caisse et reçus de carte bancaire. La ministre a été très claire sur ses intentions et ses objectifs lors de ces deux sorties : « Je suis là pour accélérer les choses (…) Il faut maintenant que les industriels comprennent qu’ils ont des obligations, la première est de protéger la santé des consommateurs ».

Déjà, dès 2015, le bisphénol A devra être absent de tous les contenants alimentaires, mais la France compte également remonter jusqu’à Bruxelles. En effet, le ministère de l’écologie compte prochainement demander à l’Union Européenne que le bisphénol A soit supprimé de tous les reçus bancaires et tickets de caisse ! Protégeons nos petits bouts d’une molécule dangereuse dont on peut se dispenser !
Un grand pas est pourtant à noter : L’Autorité Européenne pour la Sécurité des aliments a indiqué que le taux de tolérance du bisphénol A serait divisé par dix dans les prochaines années. A quand sa suppression totale ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire