La génétique pourrait être liée aux risques de mort subite du nourrisson

C’est la prestigieuse revue scientifique the Lancet qui a publié les résultats d’une recherche sur la mort subite du nourrisson. Actuellement, on ne connaît pas les causes de la mort subite du nourrisson, alors les chercheurs se sont intéressés à l’implication du facteur génétique. Une mutation d’un gène pourrait augmenter le risque de mort subite du nourrisson. Ces résultats doivent encore être confirmés et en attendant d’autres avancées, les recommandations sont indispensables car elles ont montré leur efficacité pour limiter au maximum le risque de mort subite du nourrisson.

Mort subite du nourrisson, qu’est ce que c’est ?

Rebaptisée mort inattendue du nourrisson, il s’agit du décès d’un bébé dans son sommeil, sans qu’il n’y ait d’explications. La mort subite du nourrisson touche surtout les bébés de moins de 6 mois. Si avant les années 90, le nombre de victimes était plus élevé c’est qu’un ensemble de recommandations a permis de diminuer efficacement le nombre de morts inexpliquées du nourrisson. Mais actuellement, les médecins et scientifiques ne connaissent toujours pas les causes précises de la mort subite du nourrisson.

Qu’est ce que les chercheurs ont trouvé ?

L’étude menée semble montrer un lien entre une mutation génétique rare et la survenue de la mort subite du nourrisson. En effet, la mutation du gène SNC4 est une mutation très rare qui se produit chez moins de 5 personnes sur 100 000 dans la population. Ce gène est impliqué dans le contrôle de la contraction des muscles respiratoires. Quand celui-ci est touché, cela peut provoquer des problèmes de santé comme une myotonie ou une paralysie périodique. Les chercheurs ont constaté que cette mutation était surreprésentée chez les bébés ayant été touchés par la mort subite du nourrisson. Sans tirer de conclusions, les auteurs suggèrent que cette mutation pourrait représenter un facteur de risque de mort subite du nourrisson. Les auteurs rappellent également l’importance des recommandations pour réduire les risques de mort subite du nourrisson.


Quelles sont les recommandations ?

Mises en place dans les années 90, les recommandations pour éviter la mort subite du nourrisson ont permis de faire chuter le nombre de bébés touchés. Il faut tout d’abord coucher bébé sur le dos et ne pas mettre de peluches dans son lit. La literie de bébé doit être adaptée (matelas ferme et drap). On ne doit pas mettre d’oreillers, de couvertures ou de couettes pour éviter l’hyperthermie, il vaut mieux alors choisir une turbulette plus sécurisante. La chambre de bébé doit être chauffée aux alentours de 18 °C/20°C et l’environnement ne doit pas être fumeur. Ensuite, il est préférable d’installer dans un premier temps le berceau de l’enfant dans la chambre des parents. Mais attention, dormir avec bébé n’est pas non plus recommandé. A noter enfin que l’Académie Américaine de pédiatrie explique l’importance du contact entre la maman et le bébé immédiatement après la naissance et souligne que l’allaitement pourrait avoir des effets protecteurs contre la mort subite du nourrisson. Le nouveau carnet de santé contient d’ailleurs toutes les recommandations pour lutter contre la mort subite du nourrisson. Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander des informations à votre médecin et votre sage femme si vous avez la moindre question.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire