Et si un test sanguin vous disait tout des virus contractés avant la grossesse ?

C’est une prouesse technique qui a été réalisée récemment. Pensé et réalisé par des chercheurs américains du Brigham and Women’s Hospital de Boston, le VirScan comme on l’appelle permet répertorier, à partir d’une simple goutte de sang, tous les virus qui vont ont un jour infectée.

Pratique enceinte, quand il faut protéger bébé et qu’on ne sait pas en début de grossesse, si on est porteuse du virus de l’herpès, par exemple. Les résultats de ces recherches ont été publiés par la revue Science.

Comment ça marche ?

Lorsque votre corps est attaqué par un virus, il développe des anticorps pour le combattre. Le VirScan, comme son nom l’indique, scanne votre sang pour y détecter tous les anticorps présents et les associe aux maladies auxquels ils correspondent. Le VirScan a une base de données de plus de 1000 souches provenant de 206 virus différents.

Il peut donc dépister la grande majorité des virus qui ont pu vous atteindre. Il n’est par ailleurs pas question de diagnostiquer uniquement les virus dont vous souffrez au moment du test mais bien de retrouver tous vos antécédents viraux. Car, lorsque votre corps est attaqué par un virus et en développe les anticorps, il continue à les développer près d’une dizaine d’années après la guérison du virus.

Cette technique a été développée en recensant 93 000 fragments d’ADN, puis en les insérant dans des virus bactériophages. Ensuite testé sur des échantillons de populations aux États-Unis, en Afrique ou en Amérique Latine, ce test s’est montré très prometteur en détectant en moyenne une dizaine de virus passés ou présents pour chaque personne.

A quoi ça sert ?

L’atout majeur de cette nouvelle technique est de pouvoir avoir une liste complète des virus qui se trouvaient ou se trouvent encore dans notre organisme. Jusqu’alors, les tests de dépistage ne parvenaient à identifier qu’un seul virus à la fois.

« Normalement, quand un médecin veut savoir si une personne a été infectée par un virus, il doit deviner de quel virus il s’agit et chercher ensuite de façon spécifique ce virus », explique le directeur de projet, Stephen Elledge. Maintenant, c’est open bar : on cherche à l’aveugle et on trouve sans peine.

Combien ça coûte ?

En effet, ce test est, selon ses concepteurs, rapide, efficace et même bon marché ! Le VirScan ne coûte « que » 25 dollars (soit environ 22 euros). Il permettra désormais à tout le monde de s’auto-diagnostiquer et découvrir éventuellement les traces d’un virus qu’il ignorait peut-être avoir contracté.

Autre atout, d’après les phases de test de cette technique, le VirScan élimine le risque de faux-positif. Cependant, certains anticorps produits après contamination d’un virus disparaissent plus rapidement que d’autres lorsque l’infection est guérie. Si les anticorps ne sont plus présents dans le sang, alors le VirScan ne peut pas les détecter. Cette technique n’est donc pas infaillible pour la détection de virus passés.


Et ensuite ?

Cette technique ouvre désormais la porte à de nouvelles méthodes de dépistage et de recherches sur les virus. Grâce au VirScan les chercheurs espèrent pouvoir établir un lien entre les virus contractés par le passé et ceux que nous contracterons dans le futur.

Si, pour le moment, cette évolution n’est qu’en phase théorique, avec le temps et en analysant les résultats des phases de tests sur le VirScan, les chercheurs pourront peut-être mettre en place des méthodes de prévention personnalisées pour chacun. On imagine sans peine l’intérêt que cela peut représenter pour les femmes en désir d’enfant ou enceintes et pour les jeunes mamans qui veulent éviter de contaminer leurs bébés.

A suivre donc…

bloodtest

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire