Enceinte, n’arrêtez pas votre traitement contre l’asthme !

C’est un communiqué important qu’à publié la Société de Pneumologie de Langue Française : les femmes enceintes ne doivent pas tenir compte des pictogrammes inscrits sur certaines boites de médicaments contre l’asthme. Ces pictogrammes symbolisant un danger incitent en effet les femmes enceintes à éviter ces traitements alors que ceux-ci sont indispensables à leur santé et celle de leur futur enfant. Ces pictogrammes ne sont pas, des plus légitimes, les données actuelles ne démontrant pas de foetotoxicité particulière pour ces médicaments.

L’asthme, une pathologie répandue chez les femmes enceintes

L’asthme est une affection respiratoire qui se définit par une inflammation des bronches. Cette maladie se caractérise par des crises qui peuvent être très importantes : on parle d’exacerbations quand celles-ci sont répétées et intenses. L’asthme représente la pathologie la plus répandue pendant la grossesse : en effet, on estime que plus de 8 % des femmes enceintes sont touchées. Non traité, l’asthme peut être redoutable et peut provoquer de l’hypertension, du diabète gestationnel, une pré-éclampsie ou une hypoxie chez le fœtus.

Enceinte, il ne faut pas arrêter son traitement contre l’asthme

Depuis le décret du 17 Octobre 2017, certaines boites de médicaments contre l’asthme doivent faire apparaître un pictogramme précisant un danger si la prise s’effectue pendant la grossesse. Des médicaments indispensables au bon traitement de l’asthme comme les corticoïdes inhalés ou les bronchodilatateurs de type bêta 2 mimétique sont concernés. Or, l’apposition de ce pictogramme va à l’encontre des recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française mais aussi du CRAT (Centre de Référence sur les Agents Tératogènes) et de l’Académie de Médecine. En effet, le pictogramme été apposé alors qu’aucune preuve de foetotoxicité n’a été constatée chez l’homme, le pictogramme ayant été validé suite aux données chez l’animal. La SPLF demande donc aux autorités compétentes (comme l’ANSM : Agence nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé) et aux laboratoires de retirer ces pictogrammes. En attendant, la SPLF demande à toutes les femmes concernées de ne pas prendre en compte le message du pictogramme.

Voir Aussi

Je fais de l’asthme, que dois-je faire ?

En aucun cas, il ne faut arrêter le traitement ! En effet, l’arrêt du traitement est beaucoup plus dangereux que le médicament en lui-même et une exacerbation de l’asthme pourrait avoir de graves conséquences sur la santé de la femme enceinte et de l’enfant. La SPLF est formelle : les données scientifiques sont très rassurantes, les médicaments prescrits contre l’asthme pendant la grossesse n’ont pas d’effet foetotoxique avéré. Il faut donc continuer le traitement. Si vous souhaitez néanmoins être rassurée, n’hésitez pas à en parler à votre médecin et à consulter le site du CRAT qui liste tous les médicaments susceptibles d’être dangereux pendant la grossesse.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire