Douleur chez bébé : quelle est donc cette nouvelle technique pour la mesurer ?

Des chercheurs britanniques ont élaboré une technique pour mesurer la douleur des nouveau-nés grâce à un électroencéphalogramme. En effet jusqu’aux années 80, la douleur des bébés n’était pas prise en compte : il était même courant de ne pas administrer d’antalgiques aux bébés pendant une chirurgie, car les méthodes d’anesthésie étaient dangereuses pour le fœtus. Mais fort heureusement, les choses ont changé après la publication en 1987 d’une étude majeure, révélant que le système nerveux du bébé est assez développé pour véhiculer les messages de la douleur.

Une technique pour mieux doser les analgésiques afin de soulager la douleur chez bébé

Les chercheurs de l’université d’Oxford (Grande-Bretagne) sont parvenus à identifier les zones cérébrales qui s’activent lorsque de la douleur est ressentie par le nourrisson, grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM). Ces travaux ont permis aux chercheurs de proposer, en mai 2017, une méthode permettant d’évaluer la douleur des nouveau-nés grâce à un électroencéphalogramme (EEG). La technique, qui permettrait de mieux doser les analgésiques nécessaires pour une opération, a fait l’objet d’une publication dans la revue Science Translational Medicine.

Comment s’est déroulée cette étude scientifique ?

Les chercheurs britanniques ont placé des capteurs EEG (électro-encéphalographiques) sur la tête de 18 nouveau-nés âgés d’un à six jours. Puis ils leur ont fait passer un test sanguin en leur piquant le pied avec une aiguille. Il semblerait que la sensation éprouvée serait alors proche de celle ressentie lorsque l’on se pique avec un crayon. Au moment de la piqûre, la majorité des bébés ont présenté un pic d’activité dans les zones cérébrales associées à la douleur (voir partie B de l’image ci-dessous). Les chercheurs ont réalisé cette même expérience avec 10 adultes âgés de 23 à 36 ans. En comparant les imageries du cerveau des adultes et ceux des nourrissons, ils ont constaté que 18 des 20 régions activées chez l’adulte en cas de douleur « s’illuminent » aussi chez le nourrisson. L’équipe a alors recommencé ces tests sur 72 nouveau-nés. Elle a comparé l’ensemble des images obtenues par EEG associées aux grimaces et aux pleurs des nourrissons, ce qui a permis d’identifier une association entre le pic d’activité cérébral dans les zones associées à la douleur et ces réactions, y compris chez les bébés prématurés. Le but est d’identifier le seuil de douleur des nouveau-nés pour lui associer le traitement le mieux adapté.

De plus, les chercheurs ont pratiqué exactement les mêmes méthodes sur des bébés ayant reçu un gel analgésique sur la peau pour soulager la « douleur » de la piqûre, et ils ont constaté une réduction du pic cérébral, ce qui vient confirmer leurs premières hypothèses. L’équipe pense qu’il faudra encore trois années de travail avant de trouver les antidouleurs les plus adaptées aux nouveau-nés et les doses adéquats pour une opération.

 

Voir Aussi

électroencéphalogramme

Article validé par Cyrielle Estevez, pédiatre.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire