Devenir parent : un plus pour la carrière des hommes ?

Devenir maman n’est pas toujours facile à concilier avec une carrière c’est sûr. Certains patrons pensent que nous n’arriveront pas à alterner vie pro et vie perso, que nous ne sommes pas prioritaires pour une promotion, on ne nous autorise pas toujours à changer nos horaires… Bref, des fois c’est compliqué pour certaines d’entre nous. Mais il semblerait que pour les hommes, ce soit totalement différent… Eh oui ! Devenir papa boosterait la carrière des hommes ! Les pères seraient considérés comme des hommes « plus stables et plus responsables », et arriveraient mieux à décrocher un job ou un beau salaire qu’un homme célibataire. Intéressant !

Selon une étude américaine…

C’est Michelle Budig, une sociologue et professeur à l’Université du Massachusetts aux États-Unis, qui explique ceci dans son livre « The fatherhood bonus and the motherhood penalty», après plus de15 ans d’études sur le sujet, comme l’explique le New York Times. Devenir parent : un bonus pour les hommes et un malus pour les femmes ? L’égalité hommes-femmes n’est décidément pas encore partout !

L’étude montre que les pères ont droit à une augmentation de 6% de leur salaire l’année où ils deviennent papa, alors que le salaire des mamans chuterait de 4% à chaque fois qu’elles ont un enfant… Une horrible injustice basée sur des clichés démodés. Ces informations sont basées sur des données de 1979 à 2006.

Autres chiffres : pour un dollar que gagne un homme, une femme célibataire en gagne déjà moins (96 centimes), tandis qu’une maman en gagne encore moins (76).

Peu importe donc les heures passées au travail, l’éducation ou encore l’expérience… cela n’empêche pas les écarts de salaires entre les hommes et les femmes. La sociologue reconnaît que certains pères travaillent plus une fois leurs enfants nés, et que certaines femmes quant à elles acceptent parfois des jobs sous payés mais qui s’accordent mieux avec leur vie de famille. Cependant, cela n’explique que dans 16% des cas le bonus des pères et dans un quart ou voire un tiers le « malus » des mamans. Le reste du temps, il s’agirait de discrimination.


Les femmes de classe aisée favorisées ?

Michelle Budig a cependant noté une exception dans ses recherches : les mamans qui gagnent les plus gros salaires. Les 10% de mamans qui gagnent les plus gros salaires n’ont pas été discriminées à la naissance de leur enfant, et les 5% qui gagnent le plus ont même eu une augmentation. Pourquoi ces mères-là sont-elles épargnées ? Celles-ci seraient apparemment « considérées comme des hommes » par leurs employeurs et auraient donc « besoin d’un gros salaire pour subvenir aux besoins de leur famille ».

D’autres études ont porté sur le même sujet

Une autre enquête de Shelley J. Corell, professeur de sociologie à l’Université de Stanford et directrice de l’école Clayman Institue for Gender Reserarch, a démontré que sur l’échelle des différents employés les pères sont les plus souvent employés et promus, puis viennent les femmes célibataires, puis les hommes célibataires, et enfin les mères. Il reste du chemin à faire avant la réelle égalité… Et vous, vous êtes-vous senties discriminées au travail après l’arrivée de bébé ? Comment arrivez-vous à gérer votre carrière et votre vie de famille ? N »hésitez pas à venir partager votre expérience en commentant cet article !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire