Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Votre bĂ©bĂ© entend-il bien ?

Votre bébé entend-il bien ?

Le dĂ©pistage nĂ©onatal de la surditĂ©, obligatoire depuis 2012, est-il suffisant pour ĂȘtre rassurĂ© sur la bonne audition de bĂ©bé ? Comment ĂȘtre certains ensuite que bĂ©bĂ© entend vraiment bien ? Et que faire si ce n’est pas le cas ? Les rĂ©ponses du Pr Natalie Loundon, otorino-laryngologiste Ă  l’hĂŽpital Necker Enfants Malades (Paris), en appui d’un sondage Ipsos/MED-EL rĂ©alisĂ© auprĂšs de 1218 parents en janvier dernier.

La perte auditive concerne 1 enfant sur 1000 en France

Dit comme ça, cela paraĂźt peu. Mais cela fait pas mal d’enfants par classe d’ñge, tout de mĂȘme, puisqu’aujourd’hui 7000 enfants sont Ă©quipĂ©s avec un implant cochlĂ©aire et que ce chiffre augmente rapidement en raison des 700 implantations rĂ©alisĂ©es chaque annĂ©e.

En effet, aujourd’hui, grĂące aux progrĂšs de la technique, on peut appareiller des enfants dĂšs le berceau. Notamment avec des implants cochlĂ©aires, ce qui n’était pas possible il n’y a pas si longtemps encore, car les implants Ă©taient trop Ă©pais alors. « Plus on appareille tĂŽt, plus on limite le retard d’apprentissage du langage », souligne le Pr Natalie Loundon. Or, trop souvent, la surditĂ© du bĂ©bĂ© est diagnostiquĂ©e tard, vers l’ñge de 2 ans, parfois aprĂšs. « Le dĂ©pistage systĂ©matique qui commence Ă  se mettre en place dans les maternitĂ©s devrait limiter Ă  l’avenir le nombre de prises en charge tardives », reconnait la spĂ©cialiste. Cependant, ce dĂ©pistage demande un investissement des parents en cas de doute sur la bonne audition du nouveau-né : ils devront revenir avec le bĂ©bĂ© pour un nouveau test quelques semaines plus tard. Mais ils ne le font pas tous. Pourquoi ?

Le sondage IPSOS/MED-EL donne des éclairages intéressants

En effet, moins d’1 parent sur 2 (43%) se dit inquiet vis-Ă -vis des problĂšmes auditifs concernant son enfant. C’est bien connu, la surditĂ©, c’est un problĂšme de vieux ! Et 57% d’entre eux pensent que les parents dont l’enfant souffre d’une perte auditive attendent plusieurs semaines voire plus d’un an (14%) avant de consulter un professionnel de santĂ©, principalement parce qu’ils ne se rendent pas compte que l’audition de leur enfant se dĂ©grade.

Si la majoritĂ© des parents d’enfants implantĂ©s (82%) ont consultĂ© un professionnel de santĂ© dĂšs qu’ils ont constatĂ© que leur enfant prĂ©sentait une perte auditive, 8% admettent qu’ils ont d’abord cherchĂ© des renseignements sur internet et prĂšs d’1 sur 10 (7%) a attendu
 que cela passe. . Et pourquoi attendre ? LĂ  encore le sondage est clair : l’angoisse. En effet, 8 parents sur 10 (79%) considĂšrent qu’il est difficile psychologiquement pour un enfant de porter un appareil auditif, et se sentent coupables d’avoir transmis ce handicap.

Comment savoir si bébé entend bien ?

Il est vrai qu’il est compliquĂ©, entre la naissance et l’acquisition du langage, de savoir si un bĂ©bĂ© entend bien. « TrĂšs vite, le bĂ©bĂ© apprend des manƓuvres de compensation, explique le Pr Natalie Loundon. Il dĂ©veloppe d’autres perceptions, apprend Ă  lire sur les lĂšvres. » DĂšs les premiers jours, il faut ĂȘtre attentif aux rĂ©actions de bĂ©bĂ© face Ă  des sons inhabituels : sursaut ou pleurs, en gĂ©nĂ©ral, bĂ©bĂ© manifeste son dĂ©sarroi face Ă  un bruit qui le surprend. Vous pouvez aussi agiter prĂšs de lui un jouet sonore sans le lui montrer et observer si bĂ©bĂ© essaie de trouver la source de ce son. En consultation, le pĂ©diatre effectuera lui aussi certains tests identiques. Vers l’ñge de 9 mois, un bĂ©bĂ© connait son prĂ©nom et doit pouvoir tourner la tĂȘte vers la personne qui l’appelle. Ce n’est pas le cas ? Il y a peut-ĂȘtre un souci, alors.

Quand consulter ?

Un enfant qui n’entend rien sera en gĂ©nĂ©ral dĂ©pistĂ© assez rapidement grĂące aux tests auditifs pratiquĂ©s par le mĂ©decin qui le suit et par ses parents, mais un enfant mal entendant pourra passer entre les gouttes. « C’est quand l’enfant ne parle pas, vers 3 ans, ou prononce mal les mots, que les parents s’inquiĂštent et consultent », prĂ©cise le mĂ©decin. Mais Ă  ce stade, le retard d’apprentissage imposera un suivi orthophonique, entre autre. » D’oĂč l’importance de consulter le plus rapidement dĂšs qu’un doute surgit.

Comment bien coĂ»te l’appareillage ?

Jusqu’à l’ñge de 20 ans, l’enfant mal entendant ou sourd est quasiment couvert Ă  100% pour l’appareillage auditif, mĂȘme pour le remplacement des piles ! Et pourtant, la crainte du coĂ»t prohibitif de l’appareillage  (88% pour les parents d’enfants implantĂ©s et 96% pour les parents d’enfants entendants) et la conviction que le coĂ»t n’est pas pris en charge par l’assurance maladie (75% des parents d’enfants implantĂ©s et 72% des parents d’enfants sans problĂšme d’audition) ne les pousse pas Ă  consulter rapidement, hĂ©las !

Heureusement, la quasi-gratuitĂ© de l’implant cochlĂ©aire permet d’amĂ©liorer le bien-ĂȘtre des enfants sourds ou en perte auditive, selon le constat de 64% des parents d’enfants implantĂ©s. Et 92% d’entre eux pensent que leur enfant est satisfait de son implant cochlĂ©aire (dont 31% tout Ă  fait). Un satisfecit tel que 51% des parents d’enfants implantĂ©s conseillent de faire contrĂŽler l’audition de l’enfant le plus rapidement possible en cas de doute. Un conseil Ă  suivre !

Sources Etude IPSOS/MED-EL « La perception par les parents de la perte auditive des enfants en France », sondage rĂ©alisĂ© en janvier 2016 auprĂšs de 609 parents d’enfants de 0 Ă  12 ans, de 507 parents d’enfants entendants et de 102 parents d’enfants Ă©quipĂ©s d’un implant cochlĂ©aire.

À lire absolument