Mon bébé a une tache de naissance

On attendait un bébé parfait, avec dix doigts, dix orteils… et une peau de pêche. Il est en effet superbe… sauf qu’il a aussi une ou plusieurs taches de naissance ! Pas de panique, ces petits problèmes s’atténuent avec le temps.

Aïe, aïe, aïe… Et si ces taches devaient persister ? Que la maman qui ne s’est jamais posé la question en regardant la frimousse de son bébé lève la main. Il n’y a pas foule, évidemment ! Même si on trouve forcément notre petit nouveau-né superbe, on ne peut s’empêcher de regretter ce faux pas esthétique qui pourrait lui valoir des moqueries. Pas de panique : selon leur nature, ces taches de naissance, de différentes natures, mettent plus ou moins de temps à disparaître ou à s’atténuer, naturellement ou à l’aide d’un traitement. En général, ces taches sont dépistées soit à la maternité soit à l’occasion d’une visite chez le pédiatre. Même s’il est établi qu’elles sont le plus souvent bénignes, mieux vaut demander un avis médical au moindre changement d’aspect et faire surveiller régulièrement leur évolution.

Une tache rouge sur les paupières

Bébé dort et sur sa paupière apparaît une tache de forme irrégulière, rose foncé. Cette particularité peut aussi apparaître entre les sourcils ou sur le nez. Elle est provoquée par la prolifération de petits vaisseaux sanguins à cet endroit. Petit à petit, cette petite tache va s’estomper. En règle générale, vers l’âge de 3 ans, la plupart des taches de naissance auront disparu. Quand elles sont situées sur la nuque, en revanche, elles sont beaucoup plus tenaces. Mais comme en général les cheveux les cachent, on y prête nettement moins attention.

Un angiome lie de vin

Il s’agit d’une tache, présente dès la naissance. L’angiome plan est le résultat de la malformation de certains vaisseaux. Cet angiome grandit avec l’enfant. Quand il est important ou situé sur le visage, un traitement au laser à colorant pulsé peut être prescrit dès l’âge de 9 mois. Il est effectué sous anesthésie générale. Il faut une à deux années pour l’atténuer à raison de plusieurs séances. Quand l’angiome est situé sur une partie du corps peu apparente (dos, jambes…), le traitement est en général repoussé à la fin de la petite enfance, vers l’âge de 8 ans. Une attente qui permet d’éviter l’anesthésie générale : avant la séance, une crème anesthésiante est appliquée. La technique au laser donne de bons résultats mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation : pour atténuer de manière satisfaisante l’angiome plan, il faudra plusieurs séances à plusieurs mois de distance.

Une « fraise » en relief

Cette tache n’est pas présente à la naissance mais peut apparaître quelques semaines plus tard. Elle a un aspect bombé, rouge sang, d’où son appellation de « fraise ». Il s’agit d’un angiome tubéreux qui peut continuer à grossir pendant quelques mois. Pas de panique, il ne présente aucun caractère de gravité et au fil du temps il va perdre de sa consistance, s’aplatir pour finalement disparaître avant l’âge de 6 ans. Il arrive parfois que cet angiome tubéreux s’incruste plus longtemps que prévu. Dans ce cas, il peut être retiré, soit par l’application d’un traitement corticoïde (action progressive), soit grâce à une petite intervention chirurgicale au laser, sous anesthésie générale. S’il est situé sur les paupières, le nez ou les lèvres, il fait systématiquement l’objet de ce traitement.


Une tache pigmentaire

On savait les femmes enceintes et les personnes d’un certain âge sujettes aux taches pigmentaires. Mais les bébés aussi ! Ces taches n’ont pas vocation à disparaître mais elles peuvent être atténuée grâce au laser, si elles sont étendues ou situées sur le visage. En principe, elles ne présentent aucun caractère de gravité. Mais si notre bébé en a au moins six ou sept, notre pédiatre nous conseillera sans aucun doute de consulter un dermatologue.

Des grains de beauté

Notre bébé présente une ou plusieurs taches foncées, parfois recouvertes de poils ? Il s’agit de nævus pigmentaires, provoqués par une augmentation des cellules qui sont à l’origine de la pigmentation de la peau. Certains auront disparu  avant l’adolescence, d’autres persisteront. Ils peuvent être retirés sous anesthésie générale lorsqu’ils présentent un caractère inesthétique avéré, au risque de laisser une cicatrice permanente. Ces nævus sont en général bénins.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire