Neufmois.fr » Ma Grossesse » Accoucher » Peut-on choisir la date de son accouchement ?

Peut-on choisir la date de son accouchement ?

En Orient oĂč faire le thĂšme astral de bĂ©bĂ© est une tradition, beaucoup de mamans choisiraient la date de leur accouchement afin que les astres soient favorables Ă  leur bĂ©bĂ©. Mais en Occident quelles seraient les bonnes raisons de choisir la date de naissance de bĂ©bĂ©, ce qui impose techniques de dĂ©clenchement ou cĂ©sarienne et donc une augmentation du risque de complications obstĂ©tricales ? Si le dĂ©clenchement pour convenance personnelle n’est pas interdit en France, « il est rarement acceptĂ© Ă  l’hĂŽpital mais plus facilement pratiquĂ© par les mĂ©decins libĂ©raux en clinique privĂ©e, plus attentifs aux demandes particuliĂšres des mamans », souligne le Dr Luka Velemir, gynĂ©cologue-obstĂ©tricien. Mais il y a des rĂšgles Ă  respecter.

Quelles sont les conditions pour déclencher un accouchement ?

Le dĂ©clenchement ne peut ĂȘtre envisagĂ© que si la future maman a atteint 39 semaines d’amĂ©norrhĂ©e, si son col de l’utĂ©rus est mou, raccourci et ouvert Ă  au moins deux ou trois centimĂštres et Ă  condition que le fƓtus se prĂ©sente la tĂȘte en bas. Les risques de complications ne sont alors pas plus Ă©levĂ©s que pour une naissance spontanĂ©e. A l’inverse, un col fermĂ© va nĂ©cessiter l’application d’un gel de prostaglandines dans le vagin pour dĂ©clencher l’ouverture. « Ce procĂ©dĂ© ne prĂ©sente pas une efficacitĂ© parfaite, conduisant mĂȘme dans 20 Ă  30% des cas Ă  dĂ©cider d’une cĂ©sarienne, prĂ©vient le gynĂ©cologue-obstĂ©tricien. Cela peut Ă©galement provoquer chez certaines femmes des contractions trĂšs douloureuses qui ne peuvent ĂȘtre que trĂšs temporairement soulagĂ©es avec de la morphine. » Pour le corps mĂ©dical, ce type de dĂ©clenchement est Ă  rĂ©server exclusivement aux situation justifiĂ©es sur le plan mĂ©dical : « En cas d’hypertension sĂ©vĂšre de la future maman, de diabĂšte gestationnel dĂ©sĂ©quilibrĂ© ou encore de dĂ©passement du terme par exemple », prĂ©cise le Dr Luka Velemir.

La césarienne de convenance, un choix à étudier avec le médecin

En Suisse ou au BrĂ©sil, la cĂ©sarienne de convenance est couramment pratiquĂ©e. En France, si beaucoup de futures mamans cauchemardent durant toute leur grossesse Ă  l’idĂ©e d’avoir une cĂ©sarienne, d’autres la planifient Ă  l’avance avec leur gynĂ©cologue, par peur de l’accouchement par voie naturelle ou pour raison personnelle. « L’important, c’est que ce choix soit rĂ©ellement motivĂ©, d’autant qu’il n’y a pas de contre-indication mĂ©dicale spĂ©cifique Ă  pratiquer une cĂ©sarienne, exceptĂ© si la femme a Ă©tĂ© multi-opĂ©rĂ©e dans la rĂ©gion abdomino-pelvienne », prĂ©cise le Dr Luka Velemir. Mais elle impose alors une naissance un peu plus prĂ©coce : l’obstĂ©tricien la programme gĂ©nĂ©ralement quinze jours avant le terme afin d’éviter de devoir la pratiquer en urgence si le travail spontanĂ© se dĂ©clenchait chez la future maman.

Ceci Ă©tant, la cĂ©sarienne programmĂ©e n’est pas une assurance antidouleur : « MĂȘme si de nombreux progrĂšs ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©s au cours des dix derniĂšres annĂ©es tant au niveau de la technique opĂ©ratoire que de la prise en charge de la douleur, la cĂ©sarienne ne gomme pas totalement la douleur, et peut parfois laisser un mauvais souvenir Ă  la patiente », conclut l’obstĂ©tricien.
Surtout si on considĂšre qu’il existe certains risques opĂ©ratoires avec la cĂ©sarienne, comme une forte hĂ©morragie pour la mĂšre – fort heureusement rare – ou de dĂ©tresse respiratoire passagĂšre enregistrĂ©e chez 5% des enfants nĂ©s par cĂ©sarienne programmĂ©e, mĂȘme aprĂšs 39 SA. Et il faut garder Ă  l’esprit qu’accoucher par les voies naturelles aprĂšs une cĂ©sarienne peut ĂȘtre plus compliquĂ© pour une grossesse suivante, en raison de la cicatrice sur l’utĂ©rus. Un risque mineur, mais Ă  prendre en compte.

À lire absolument

Laisser un commentaire