Tout ce qu’il faut savoir avant d’être maman (ou pas)

Une belle rencontre avec chéri, un joli projet : celui de faire un bébé, un petit bout de vous deux si merveilleux et si mignon. Tu retiens de la grossesse de belles images de ventres bien ronds, de femmes épanouies devant le fier regard de leur amoureux. C’est ça la grossesse ! Et pas que ça ! Ah non ! Voici quelques indices, de trucs que tu ne pourras bientôt plus ignorer…. Ce n’est pas notre copine Julie, auteure du blog Maman tu fais quoi !

Parano moi ?

Oui, oui ! Les premiers mois tu as l’impression de détenir une information confidentielle, classée « secret défense ». Tu es sur la défensive tout le temps, tu rentres ton ventre en permanence histoire qu’on ne remarque rien, difficile quand autant de choses en toi changent.

Fatiguée, très, très fatiguée…

A longueur de journée tu sens la fatigue et c’est difficile de se lever le matin. Il t’arrive parfois  piquer du nez après le repas. Et le soir tu t’endors sur le canapé avant le dîner. Un conseil ? Laisses-toi pousser les cheveux, comme ça, en réunion, quand tu piques du nez sur ton fauteuil, ton absence est plus discrète !

Ne t’éloigne pas trop des toilettes

Où que tu ailles tu les repères. Les toilettes deviennent, pour certaines d’entre nous, un de nos endroits favoris, de jour, de nuit… Toujours cette envie irrépressible de faire pipi ou cette envie de vomir en alternance. Plus les mois avancent, plus les nausées se calment mais plus l’envie de faire pipi augmente ! Pas vrai les filles ?

C’est le moment de devenir « nez »

Il existe a une chose assez incroyable durant la grossesse, c’est cette sensibilité accrue. Ton odorat est ultra développé certes mais il y a ces mauvaises odeurs qui ne viendront pas arranger tes nausées. Le point positif ? Quand tu sentiras le rôti brûler avant tout le monde ! Cette exaltation de tes sens est aussi accompagnée d’envie plutôt saugrenues… Des fraises pour les moins bizarres… Mais peut-être te décideras tu à te nourrir exclusivement de fromages ou d’oursons à la guimauve, juste un désir impérieux qui surgit de nulle part et que tu ne pourras pas t’empêcher d’assouvir.

Ton souffle est court

Pas de panique, non tu n’as pas développé de souffle au cœur, pas la peine de courir aux urgences. Tu ne peux pas courir de toute façon, c’est normal. Cela est lié aux changements physiologiques de la grossesse, un peu de marche ou du travail en piscine t’aideront à t’adapter à ces modifications. Et puis de toute façon, enceinte on ne te demande pas de courir un marathon …

Le bidou s’arrondit…

Je t’entends déjà me répondre : « merci je sais ». Et ces seins ? Certaines seront ravies, d’autres moins. Ah et puis ce petit ventre tout rond que tu es super fière de montrer pour une fois. D’ailleurs, tout le monde va prendre part à ton plaisir : « Mon dieu que tu es belle tu n’as pris que du ventre ». Tu vas y croire, vraiment. Épanouie tu seras, le fait de ne plus rentrer dans ton pantalon de grossesse, la pile accrue de leggins dans ton armoire, rien ne te ramènera à la raison : « Non c’est vrai ces 15 kilos de plus, tous dans mon ventre, une fois bébé sorti ni une ni deux je remets mon vieux jean».  Et que tu as raison peu importe la maternité rend belle !

Attention aux chaussures que tu choisis

Et oui, très vite tu vas t’apercevoir que tu ne rentres pas dans n’importe quelles chaussures. Les petites bottines en solde, j’ai craqué. Le matin ça va, tu les enfiles, avec un peu de ténacité, tu les enlèves aussi. Mais quand il faut les remettre après l’examen gynéco, en fin de journée, lorsque tes pieds et tes chevilles ont gonflé, t’es mal ! Histoire vécue, tu as le choix : ressortir pieds nus (en plein hiver c’est super) la tête basse ou dans des bottines mal enfoncées.

Tu connaîtras toutes les filles du labo par leur prénom

Une grossesse c’est aussi des tests sanguins, des analyse d’urines mensuelles, et puis il y le fameux test o’sullivan, celui pour la prévention du diabète gestationnel, là c’est carrément la matinée que tu passes au labo. Alors oui, après les WC, le labo deviendra un nouveau lieu plus que familier.

Prévois des mouchoirs !

Les montagnes russes émotionnelles ! Ça vous est arrivé vous aussi ? Quoiqu’il arrive, en haut ou en bas, ces satanées hormones nous font pleurer. Un bébé si chou dans son landau, tu en pleures d’émotion, le gâteau tout raplapla que tu as raté, tu en pleures aussi. Ton amoureux mettra tout son cœur pour te consoler « Vraiment tu sais ce n’est pas grave » … » Mais siiiii » !


Les garçons ont très mauvais goût en matière de prénom

C’est un fait, ne cède pas. Pense qu’un prénom c’est pour la vie. Il va te falloir être très très maline ou savoir faire preuve de persuasion. Le chantage c’est pas mal aussi ? Non ? Un conseil ? Aides-toi de ta libido au summum le deuxième trimestre. Chéri aura été affamé par un trimestre de disette. Le second trimestre est donc le bon moment pour choisir un prénom…

Mets un cadenas à ton porte-monnaie

Tu jetteras la clé au fond d’un puits (après quelques petits achats quand même). Je te jure que la grossesse donne de grosses pulsions acheteuses. D’abord te concernant. Pour mettre en valeur ce joli petit ventre quelques fringues de grossesse, c’est indispensable bien sûr. Puis pour ce petit bout c’est tellement chou tous ces petits vêtements. Tu craques sur tout, même sur le petit slim trop top que tu ne pourras pas lui enfiler à cause de ses jolies et adorables cuisses potelées (que tu adores). Des  jouets pour l’éveil, du matériel de puériculture… Il te faut tout bien sûr pour être une maman au top, et la déco de la chambre pour bébé !

Au début les mouvements du bébé c’est cool… magiques même !

Mais un moment donné tu n’en peux plus. Bébé quand arrives-tu ? Oui parce que sa mauvaise position qui te fait un mal de chien, aggravé par les douleurs ligamentaires, le coup de pied dans les côtes, la java au beau milieu de ta nuit déjà si courte parce que tu ne sais plus dans quelle position dormir. Entre les réveils pipi, chéri qui ronfle… Ça devient difficile de dormir et pourtant on te dit qu’il faut prendre des forces.

L’accouchement ça peut faire mal

Tu le sais. Les contractions au départ passent encore et tu sais que tu as demandé la péridurale ! Ah non zut on a oublié de te dire que c’est en fait l’expulsion le plus douloureux. Il y a toujours un moment où tu te dis non finalement, j’ai pas vraiment envie qu’il sorte par là. Ça pousse, ça tire… Tu ne sais plus du coup si tu dois pousser ou retenir, il va falloir être une guerrière une vraie de vraie. Tu es plus forte que ce que tu ne crois. Courage ! La fin est toute proche.  Le meilleur est à venir et je ne le dirais jamais assez rien ne vaut une bonne préparation à la naissance. Me concernant la sophrologie m’a beaucoup aidé à reprendre pied dans cette panique, à me concentrer sur mon bébé, juste là , présent dans mon bassin, qui ne demandait qu’à venir se lover dans mes bras.
Oui que du bonheur !
Ne l’oublies pas
C’était juste un petit rappel pour te dire que l’on est toutes passées par des moments difficiles.
Tu n’es pas seule.
Courage !
Ces petits désagréments sont vite oubliés en écoutant le petit cœur de ton bébé battre au monitoring, en le sentant venir se lover contre ta main derrière la peau de ton ventre, son regard plongé dans le tien quand on le pose sur ton ventre, sa petite tête posée sur ton épaule, l’odeur de son cou, ses jolies petites mains. Et bientôt son premier « maman » suivi plus tard par « maman tu es l’amour de toute ma vie »…

www.mamantufaisquoi.com

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire