Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Déconfinement et protection : comment fabriquer soi-même son masque ?

  • Le masque pour sortir : pourquoi n’est-il pas question d’aller dehors sans ?
  • Masque AFNOR : pourquoi il est indispensable de respecter les normes de ce masque ?
  • Quel matériel pour fabriquer son masque AFNOR ?
  • Tutoriel pour fabriquer son masque AFNOR "à plis" : comment faire ? 
  • Où acheter un masque qui respecte les normes AFNOR ?
  • Rappel des gestes barrières à respecter à la lettre.
  • Dans quels cas a-t-on le droit de sortir ?
  • Le tutoriel de masque proposé par le Professeur Garin

Pas question de sortir sans son masque de protection, d’autant plus que dès le 11 mai, la thématique devient urgente, puisque dans les transports en commun son port qui était conseillé, devient même obligatoire. Si le masque devient un accessoire indispensable pour sortir, il faut tout de même réussir à s’en procurer un. Depuis lundi 4 mai il y en a des millions dont on a fait la promesse de mettre en vente qui sont disponibles dans les grandes surfaces mais va-t-on réussir à en avoir un quand on sait que les files d’attente se rallongent longuement pour en faire l’achat ? Cherchez-vous à fabriquer vous-même vos masques ? Afin de pallier votre demande de tutoriel pour concevoir votre propre masque, nous vous présentons les masques de l’Association Française de Normalisation (AFNOR), on vous explique où les trouver et comment fabriquer le vôtre en tissu. Mais pour vous protéger au mieux, il est préférable d’adopter l’intégralité des gestes barrières et de sortir le moins possible sauf si vous n’avez pas le choix que de sortir pour des besoins et courses nécessaires et indispensables.

Le masque de protection pour sortir : pourquoi n’est-il pas question d’aller dehors sans ?

Si vous êtes amenés à sortir, le port du masque est impératif. C’est un moyen de se protéger soi-même de la contamination mais aussi de protéger les autres au cas où l’on en serait porteur. Même si vous n’avez pas de symptômes et pensez ne présenter aucun danger pour les autres vous pouvez être porteur sain. C’est là qu’intervient le port du masque. En effet, le masque agit comme une barrière, il est efficace pour empêcher le passage des particules qui peuvent transmettre un virus. Les masques en tissu, souvent lavables et réutilisables, sont destinés à prévenir la projection de postillons et gouttelettes sur les surfaces aux alentours ou sur les personnes rencontrées. Ils ont des propriétés de filtration des particules émises d’une taille égale ou supérieure à 3 microns. Rappelons que le coronavirus a une taille de 0,1 micron mais que c’est la taille des gouttelettes qui assurent son transport qui importe dans le cas des masques en tissu. Le Conseil scientifique préconise un port « systématique » et ce également pendant les mois suivants la levée du confinement alors on recommande fortement de prendre l’habitude dès à présent de porter un masque lors de ses déplacement extérieurs.

Masque AFNOR, pourquoi il est indispensable de respecter les normes de ce masque ?

Pour faire face à la pénurie de masques, de nombreux Français en ont fabriqué eux-mêmes en période de confinement et ont partagé des tutoriels parfois discutables quant à la fiabilité de la protection qu’offrent ces derniers. En effet, tous les masques en tissu ne sont pas équivalents en terme de filtration des particules et de durée de vie. C’est pourquoi l’Association Française de Normalisation (AFNOR) a mis en ligne l’AFNOR Spec S76-001, un document de référence pour fabriquer son propre masque. Sur le site de l’AFNOR, on peut trouver un pdf avec les patrons, les tutoriels, les matériaux et les recommandations pour le réaliser. Vous trouverez deux modèles différents :

  • le masque « bec de canard »
  • ainsi que celui « à plis »

Ces masques ont une capacité de filtration de 70 à 95% et sont résistants à cinq cycles de lavage, au minimum.

Quel matériel pour fabriquer son masque AFNOR ?

Pour fabriquer son masque, il est nécessaire de choisir des matériaux qui protègent des projections 3 microns. Premièrement, suite au compte-rendu de l’AFNOR sur les masques en tissu, il est conseillé de choisir 2 voire 3 couches de tissus type popeline ou coton à la trame serrée. Les recommandations de l’AFNOR sont d’utiliser une première couche de toile de coton 150g/m2 et une 2ème couche de viscose non tissée 130g/m2. La troisième couche est identique à la première. Si vous souhaitez customiser votre masque il est tout à fait possible de doubler une des deux faces d’un joli tissu ou d’utiliser une toile de coton à motif.

Les tissus recommandés par l’AFNOR sont le 100% coton trame serrée comme la popeline, la toile de coton ou encore la toile à drap. Mais il est déconseillé d’utiliser, contrairement à ce que l’on a pu entendre un peu partout, les tissus de type polaire, maille, molleton, sacs aspirateurs, filtres à café…

Après avoir sélectionné le tissu (les dimensions pour un masque adulte sont 21 x 19 cm et pour un masque enfant 19 x 17 cm), il faudra vous munir de fil à coudre, d’une paire de ciseaux, d’épingles et de deux élastiques plats de 4mm de large et de 26 cm de long pour un adulte et 23 cm pour un enfant.

Tutoriel pour fabriquer son masque AFNOR « à plis » : comment faire ?

Maintenant que l’on vous a présenté le nécessaire à la fabrication d’un masque AFNOR on passe à la réalisation de celui-ci, qui n’est pas très compliquée. On commence par imprimer son patron à taille réelle. En suivant ce patron, il suffit de découper deux rectangles, un voire deux dans le tissu extérieur et un dans la doublure. Superposez-les endroits contre endroits (si vous utilisez 3 couches, positionnez le tissu « filtre » entre les deux autres) et assemblez-les en réalisant une couture à 1cm du bord sur les quatre côtés. Il faut ensuite passer au marquage des repères pour les plis du masque, comme indiqué sur le patron, sur le tissu du devant à 2,5 cm.

Passez ensuite à la couture des ourlets du haut et du bas du masque. Surfilez les côtés droit et gauche et repliez votre tissu, toujours selon le patron, afin que A1 recouvre A2 et B1 recouvre B2. Épinglez et cousez les deux côtés. Faites ensuite les ourlets sur les rebords. Positionnez les deux élastiques horizontalement : un sur le haut et un sur le bas du masque et cousez les extrémités de chaque élastique aux bords de l’intérieur du masque. Lavez le masque et respectez les consignes pour le porter.

View this post on Instagram

Quelques masques sont disponibles pour vous ! ⠀ ⠀ 🌱 Ces masques lavables :⠀ ⠀ 🔸sont doublés en coton⠀ 🔸ont 3 pliures 🔸possèdent une poche pour y insérer un filtrant (1 feuille d'essuie-tout, 1 lingette dépoussiérante, 1 filtre à café)⠀ 🔸sont 1 geste barrière supplémentaire ⠀ 🔸sont utiles lors de vos déplacements nécessaires⠀ ⠀ ⚠️ N'oubliez pas, ces masques lavables ne remplacent en aucun cas les gestes barrières ‼️⠀ ⠀ 👉 Le stock ne sera pas grand, je ferai mon possible pour en réapprovisionner rapidement ! ⠀ ⠀ Prenez soin de vous surtout ! 😘⠀ ⠀ ⠀ #masque #masquevisage #masques #masquetissu #masquedeprotection #covid19 #covidtime #stayhome #restezchezvous #coton #upcycle #upcycling #recyclage #santé #couture #coutureaddict

A post shared by OH! MyCotton (@oh.mycotton) on


Où acheter un masque qui respecte les normes AFNOR ?

Vendredi 24 avril dernier, dans un entretien paru aux Echos, la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher a annoncé que le gouvernement français commencera la distribution de masques grand public à partir du 4 mai. Le premier ministre Édouard Philippe a également déclaré : « les Français pourront s’en procurer dans tous les commerces. J’invite toutes les entreprises à équiper leurs salariés de masques. C’est une condition de la reprise ». Alors pour le moment, le réseau des buralistes s’est engagé à vendre à compter du 4 mai les masques à un prix indicatif de 5 euros. Les pharmacies sont elles aussi autorisées à commercialiser des masques non sanitaires, suite à la publication d’un arrêté du ministère de la santé, au Journal Officiel le 26 avril. Enfin, la plateforme AFNOR propose également des masques aux personnes qui en ont besoin. Concernant l’Île-de-France, Valérie Pécresse, la présidente de la région, a annoncé que des masques seront distribués gratuitement dans les transports en commun (où ils seront obligatoires) durant les premières semaines du déconfinement.

Rappel des gestes barrières à respecter à la lettre

Le masque reste à porter en complément de la mise en place des gestes dits « barrières » contre le coronavirus. Au quotidien, chacun doit renforcer son attention et les appliquer rigoureusement, c’est la meilleure façon de limiter la contagion et donc la propagation du virus. Face à l’infection, les 6 gestes barrières pour se protéger et protéger les autres du coronavirus sont les suivants :

  • Se laver les mains très régulièrement
  • Se distancer d’au moins un mètre de chaque autre personne autours de soi
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
  • Eviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts

Dans quels cas a-t-on le droit de sortir ?

En cette situation de confinement, les sorties sont limitées aux besoins essentiels et seules certaines circonstances donnent aux personnes le droit de sortir. Premièrement, vous devez posséder une attestation de déplacement dérogatoire afin de sortir à l’extérieur de votre domicile. Comme indiqué sur cette dernière, un motif est nécessaire et vous avez le choix parmi les suivants :

  • Se rendre au travail quand le télétravail n’est pas possible ou que les déplacements professionnels ne peuvent pas être différés
  • Effectuer des courses de première nécessité ou nécessaires à l’activité professionnelle
  • Se rendre chez le médecin pour les consultations et soins qui ne peuvent être assurés à distance ni être différés
  • Pour motif familial impérieux, assistance aux personnes vulnérables ou garde d’enfants (les parents séparés ou divorcés peuvent exercer leur droit de garde alternée)
  • Pratiquer une activité physique individuelle (limité à une heure par jour et à un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile)
  • Se promener avec les seules personnes regroupées dans un même domicile (sortie limitée à une heure par jour et à un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile)
  • Promener son animal de compagnie (sortie limitée à une heure par jour et à un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile)
  • En cas de convocation judiciaire ou administrative
  • Participer à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative

Cette liste de motifs n’est pas exhaustive mais les gendarmes et policiers qui contrôlent l’ensemble de la population exigent une excuse valable de sortie. Le confinement est mis en place afin de limiter les déplacements des français et les activités comme les courses doivent donc se faire seul afin de limiter la probabilité de contamination au sein du foyer. Toutefois, pour les familles monoparentales : le parent d’enfants en bas âge ou incapable de rester sans surveillance peut être accompagné de ses enfants.

Le tutoriel de masque proposé par le Professeur Garin

Le professeur Garin, médecin du travail, ancien médecin du Service de Santé des Armées et professeur agrégé du Val-de-Grâce propose un tutoriel afin de réaliser un masque de protection respiratoire de fortune à l’aide d’une serviette en papier, de deux élastiques et d’une agrafeuse.

Fabriquer un masque de protection par le Pr Garin

Sources:

entreprises.gouv.fr

Capital.fr

solidarites-sante.gouv.fr

masques-barrieres.afnor.org