La première étape pour adopter ? L’agrément

Comment adopter un enfant ? On entend souvent parler de « parcours du combattant » pour évoquer le chemin qui mène les adoptants à leurs enfants. Le chemin est en effet long mais très bien balisé. L’agrément en constitue la première étape.

 

L’agrément est nécessaire à l’adoption

L’agrément est une condition indispensable et incontournable pour l’adoption d’un enfant, qu’il soit pupille de l’État ou étranger. C’est un document délivré par le président du Conseil général à la suite des investigations menées, sous forme d’entretiens, par les services sociaux du département. La première étape du parcours vers l’adoption passe donc par les bureaux de l’aide sociale à l’enfance (ASE). Il faut les contacter par courrier, en exprimant son désir d’adoption. Suit une réunion d’information, puis le dossier commence à se constituer. Trois rapports (psychologique, social et médical) sont établis. À cela vous devrez ajouter des pièces d’état civil, casier judiciaire, photos, extraits de naissance… Il s’agit pour les équipes psycho ou médico-sociales, d’évaluer les capacités psychologiques, familiales et éducatives des candidats à accueillir un enfant déjà né, ainsi que les conditions matérielles de cet accueil. Au cours de ce cheminement, les futurs parents sont sensés mieux comprendre et préciser quels sont pour eux les enjeux de l’adoption. Ils doivent définir leur projet (concernant l’âge de l’enfant, son sexe et sa nationalité) et leurs limites (un ou plusieurs enfants, enfants à particularités,…). Environ neuf mois après la première prise de contact, l’agrément est délivré aux parents potentiels.

L’agrément peut être refusé, mais c’est exceptionnel. Cela dit, son obtention n’équivaut pas à un droit de se voir confier automatiquement un enfant. Entre l’obtention de l’agrément et l’arrivée d’un enfant français, le délai peut être très long (trois ans en moyenne), vu le nombre réduit d’enfants adoptables par rapport aux demandes. Les familles qui ne veulent pas attendre aussi longtemps se tourneront vers l’adoption d’un enfant étranger.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire