Neufmois.fr » Conception » 7 bonnes raisons de tomber enceinte

7 bonnes raisons de tomber enceinte

Si on met de cĂŽtĂ© les nausĂ©es, le mal de dos, les sautes d’humeur et la fatigue, quelle merveilleuse expĂ©rience de tomber enceinte ! Si si je vous assure. La grossesse n’a pas que des mauvais cĂŽtĂ©s. Pour vous persuader, voici quelques bonnes raisons de tomber enceinte. AprĂšs avoir lu ces quelques lignes, l’envie de materner risque de vous trotter bien souvent dans la tĂȘte
 Alors lisez attentivement


Avant ma grossesse c’était
. Moi qui prĂ©parais le petit-dĂ©jeuner ! Jules Ă©tant un gros dormeur, je me rĂ©veillais toujours avant lui. Au lieu de tourner en rond dans le lit, je sortais acheter les croissants, prĂ©parais le cafĂ© et assemblais tout ça pour qu’à son rĂ©veil tout soit parfait.

Maintenant c’est
 Moi qui attend sous la couette que mon cher et tendre prĂ©pare le thĂ© (au citron c’est dĂ©licieux pour calmer les nausĂ©es matinales). Il achĂšte aussi les viennoiseries, prĂ©pare une petite salade de fruits et ramĂšne le tout pour partager avec lui ce dĂ©licieux petit-dĂ©jeuner dans le lit.

Avant ma grossesse c’était
 Un 8OB, une petite poitrine, un gros complexe et une envie terrible de me rĂ©veiller un beau matin avec un tour de poitrine supplĂ©mentaire. Et oui Mesdames, nous ne sommes jamais satisfaites de ce que Dame Nature nous offre. On espĂšre toujours un peu plus et un peu mieux.

Maintenant c’est
 Un nouveau bonnet ! Ce qu’il y a de souhaite avec la grossesse ce sont nos nouveaux atouts. Avec ma nouvelle super poitrine (naturelle), je me sens plus femme, plus fĂ©minine, plus sensuelle. D’ailleurs, je surprends souvent Jules loucher de bonheur dans mon dĂ©colletĂ©. Evidemment mes seins sont parfois douloureux. Rappelons qu’ils sont tout de mĂȘme les premiĂšres victimes des tensions endurĂ©es par mon corps. Mais c’est pour la bonne cause non ? La grossesse n’est-elle pas l’un des plus beaux Ă©vĂ©nements dans la vie d’une femme ?

Avant ma grossesse c’était
 Des gens qui te poussent dans tous les sens pour s’assoir Ă  tout prix dans le mĂ©tro. Ils te regardent alors fiĂšrement, faisant comprendre que dans les transports en commun c’est la loi du « chacun pour soi » qui s’impose, et pourvu que ce soit pour soi.

Maintenant c’est
 Des gens agrĂ©ables qui te proposent leur siĂšge. Mon gros ventre les incite Ă  ĂȘtre aimable et serviable. Si mes jambes fragiles dĂ©faillent et que je tombe, ils risqueront de s’en vouloir toute leur vie. Qu’il est bon d’avoir un peu de pouvoir dans ce monde de brutes !

Avant ma grossesse c’était
 Des attentes interminables Ă  la caisse du supermarchĂ©. Laquelle d’entre nous n’a jamais pestĂ© en dĂ©couvrant la file d’attente interminable alors que vous n’avez qu’une brique de lait et un paquet de cornichons entre les mains ?

Maintenant c’est… Un vrai bonheur de passer devant tout le monde Ă  la caisse prioritaire. Il faut bien profiter de nos quelques avantages, surtout quand Jules rentre tard, que le frigo ne contient plus que quelques tomates et des yaourts 0%. TrĂšs peu pour moi !

Avant ma grossesse c’était
 Bougonner et se faire gronder par Jules. Nous les filles on aime bien se dĂ©fouler en rĂąlant un petit coup.

Maintenant c’est
 RĂąler si j’en ai envie et quand j’en ai envie. Je n’ai qu’à prĂ©texter que les hormones et la fatigue me jouent des tours. Petit conseil : l’abus de contestation est dangereux pour la santĂ© des hommes. Veillez Ă  ne pas en abuser.

Avant ma grossesse c’était
 MĂ©nage, mĂ©nage, mĂ©nage. Je n’avais aucune excuse pour ne pas nettoyer la cuisine, le salon ou la salle de bain.

Maintenant c’est
 Repos, repos, repos. Jules s‘occupe de tout. Et quand il n’a pas le temps de se transformer en Cendrillon, il fait venir une petite fĂ©e du logis pour faire briller la maisonnette. Quel homme !

Avant ma grossesse c’était
 Manger beaucoup et culpabiliser. Gourmande, j’ai toujours eu du mal Ă  rĂ©sister Ă  une dĂ©licieuse pĂątisserie ou une part de gĂąteau au chocolat nappĂ©e de crĂšme anglaise. RĂ©sultat, la cellulite est vite devenue mon pire ennemi.

Maintenant c’est
 Manger sans culpabiliser. Si j’ai faim je mange, un point c’est tout. Fini les diktats de la minceur, on pense Ă  son corps, son enfant, ses besoins et ceux du bout de chou. Enceinte j’apprends Ă  colorer mon assiette avec plein de lĂ©gumes et de fruits. En tarte, en salade, en soupe, je redĂ©couvre les plaisir d’une alimentation fraĂźche, variĂ©e et Ă©quilibrĂ©e. Du coup je me sens peut-ĂȘtre plus en forme qu’avant.

À lire absolument