Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Naissance d’un prĂ©maturĂ© extrĂȘme : le rein de la derniĂšre chance

Naissance d’un prĂ©maturĂ© extrĂȘme : le rein de la derniĂšre chance

Un petit miracle s’est produit en Pologne nous apprend le Huffington Post. Un bĂ©bĂ© nĂ© prĂ©maturĂ© extrĂȘme (nĂ© avant ou Ă  25 semaines) a reçu un rein artificiel pour ĂȘtre sauvĂ© et vivre. On vous raconte l’histoire de ce grand battant.

La maman du petit Kamil a accouchĂ© au bout de 25 semaine. Les chances de survie de ce prĂ©maturĂ© extrĂȘme Ă©taient alors trĂšs faibles. Pourquoi ? Son canal artĂ©riel ne s’Ă©tait pas naturellement fermĂ© (c’est souvent le cas chez les prĂ©maturĂ©s), il a du l’ĂȘtre par mĂ©dicament.

Le Docteur Wojciech Kowalik, chef de service de thĂ©rapie intensive des nouveau-nĂ©s Ă  l’hĂŽpital de Legnica dans le sud-ouest de la Pologne, raconte qu’ensuite : « son cƓur a failli s’arrĂȘter et que ses reins ont quasiment cessĂ© de fonctionner ». Alors que ce bĂ©bĂ© d’Ă  peine 820g avait absorbĂ© 450ml de liquide en trois jours, « il n’avait produit que 50ml d’urine », prĂ©cise le mĂ©decin.

Le rein de la derniĂšre chance

Pour tenter de sauver le petit Kamil, l’Ă©quipe mĂ©dicale a dĂ©cidĂ© de le brancher Ă  une machine agissant comme un rein artificiel. Il s’agit en fait d’un dispositif thĂ©rapeutique qui permet d’assurer de maniĂšre temporaire ou dĂ©finitive les fonctions du rein : Ă©limination des toxines dans le sang, rĂ©gulation de l’Ă©quilibre hydrique… Ce procĂ©dĂ© mĂ©dical est Ă©galement appelĂ© hĂ©modialyse. Le patient est reliĂ© pendant plusieurs heures, 2 Ă  3 fois par semaine, Ă  une machine dans laquelle va transiter le sang qui va ĂȘtre nettoyĂ© de toutes ses toxines. Cela permet Ă©galement d’extraire une quantitĂ© d’eau non Ă©liminĂ©e par le rein dĂ©faillant et de rĂ©guler les taux sanguins de certaines molĂ©cules.

Une autre mĂ©thode utilisant la membrane du pĂ©ritoine, appelĂ©e dialyse pĂ©ritonĂ©ale, existe Ă©galement. Le temps du bon dĂ©veloppement de l’enfant, la machine agira comme un rein en filtrant et en nettoyant le sang du patient. C’est le mĂȘme principe qu’une dialyse, Ă  la seule diffĂ©rence que cette derniĂšre utilise la membrane du pĂ©ritoine (membrane situĂ©e au niveau de l’abdomen) au lieu d’une piqĂ»re dans le bras.

Malheureusement, aucun enfant de la taille de ce prĂ©maturĂ© extrĂȘme qu’est Kamil n’y a survĂ©cu par le passĂ©. En effet, cet appareil est conçu pour des bĂ©bĂ©s pesant au moins 3kg. Et au cours des 10 utilisations, elle n’a malheureusement pu sauver que 5 vies. Mais la volontĂ© de vivre du petit Kamil devait ĂȘtre trĂšs forte puisqu’il s’apprĂȘte dĂ©sormais Ă  quitter l’hĂŽpital et pĂšse aujourd’hui plus de 4kg.

Une organisation humanitaire Ă  l’origine de ce miracle

Le petit Kamil a eu beaucoup de chance. S’il n’Ă©tait pas nĂ© dans cet hĂŽpital Ă©quipĂ© de ce rein artificiel, il n’aurait certainement pas survĂ©cu. Il doit cette chance notamment Ă  un journaliste polonais, Jurek Owsiak. Il a fondĂ© en 1992 « le Grand Orchestre d’aide festive » (WOSP). Cette organisation humanitaire organise une fois par an une grande fĂȘte pendant laquelle il est possible de rĂ©aliser des dons. En 23 ans, pas moins de 160 millions de dollars ont Ă©tĂ© rĂ©coltĂ©s. Cet argent a permis de financer  l’acquisition de 40 reins artificiels qui ont Ă©tĂ© installĂ©s dans diffĂ©rents hĂŽpitaux polonais.

 

pieds prématuré

À lire absolument