Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » Nouvelles recommandations de l’ANSM concernant des mĂ©dicaments utilisĂ©s dans la prise en charge de certains problĂšmes de fertilitĂ© ou de mĂ©nopause

Nouvelles recommandations de l’ANSM concernant des mĂ©dicaments utilisĂ©s dans la prise en charge de certains problĂšmes de fertilitĂ© ou de mĂ©nopause

L’ANSM (Agence Nationale de SĂ©curitĂ© du MĂ©dicament et des Produits de SantĂ©) publie un point d’information sur certains mĂ©dicaments prescrits pour traiter l’endomĂ©triose, les troubles menstruels ou encore la mĂ©nopause.

L’ANSM publie un point d’information sur certains mĂ©dicaments aprĂšs des cas rapportĂ©s de mĂ©ningiomes

L’acĂ©tate de chlormadinone (LutĂ©ran) et l’acĂ©tate de nomĂ©gestrol (LutĂ©nyl) sont deux molĂ©cules prescrites dans le traitement de certains troubles gynĂ©cologiques (endomĂ©triose, troubles menstruel, mĂ©nopause). L’ANSM rapporte que des cas de mĂ©ningiomes ont Ă©tĂ© observĂ©s chez des patientes utilisant ces dĂ©rivĂ©s de la progestĂ©rone.

Le mĂ©ningiome est une tumeur cĂ©rĂ©brale se dĂ©veloppant Ă  partir des mĂ©ninges (ce sont les membranes qui recouvrent l’encĂ©phale et la moelle Ă©piniĂšre). Les mĂ©ningiomes sont le plus souvent bĂ©nins et se dĂ©veloppent sous forme de nodules mais ils peuvent parfois s’avĂ©rer ĂȘtre malins et occasionner des problĂšmes de santĂ©.

L’ANSM tend nĂ©anmoins Ă  rassurer les patientes qui prendraient ce traitement : ces cas ne permettent pas de conclure que les utilisatrices de ces thĂ©rapeutiques aient un risque plus Ă©levĂ©e que les autres femmes de dĂ©velopper un mĂ©ningiome. Le mĂ©ningiome est une maladie multifactorielle et il existe diffĂ©rents facteurs de risque pour cette pathologie.

L’ANSM a dĂ©cidĂ© de conduire une Ă©tude Ă©pidĂ©miologique poussĂ©e afin de dĂ©terminer s’il existe rĂ©ellement un risque avĂ©rĂ© de mĂ©ningiome.

Que faire si je prends un de ces traitements ?

En attendant les rĂ©sultats de l’étude commandĂ©e, l’ANSM recommande aux professionnels de santĂ© de ne plus prescrire ces molĂ©cules en cas d’antĂ©cĂ©dent de mĂ©ningiome et de prescrire les doses les plus faibles sur un temps le plus court possible, par principe de prĂ©caution.

N’arrĂȘtez pas votre traitement seule si vous prenez ces molĂ©cules, parlez en Ă  votre mĂ©decin traitant ou votre gynĂ©cologue pour Ă©ventuellement rĂ©Ă©valuer votre traitement ou envisager diffĂ©rentes solutions. Il vous expliquera toutes les informations utiles Ă  connaĂźtre et vous rassurera.

À lire absolument