Nouvelles recommandations de l’ANSM concernant des médicaments utilisés dans la prise en charge de certains problèmes de fertilité ou de ménopause

L’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé) publie un point d’information sur certains médicaments prescrits pour traiter l’endométriose, les troubles menstruels ou encore la ménopause.

L’ANSM publie un point d’information sur certains médicaments après des cas rapportés de méningiomes

L’acétate de chlormadinone (Lutéran) et l’acétate de nomégestrol (Lutényl) sont deux molécules prescrites dans le traitement de certains troubles gynécologiques (endométriose, troubles menstruel, ménopause). L’ANSM rapporte que des cas de méningiomes ont été observés chez des patientes utilisant ces dérivés de la progestérone.

Le méningiome est une tumeur cérébrale se développant à partir des méninges (ce sont les membranes qui recouvrent l’encéphale et la moelle épinière). Les méningiomes sont le plus souvent bénins et se développent sous forme de nodules mais ils peuvent parfois s’avérer être malins et occasionner des problèmes de santé.

L’ANSM tend néanmoins à rassurer les patientes qui prendraient ce traitement : ces cas ne permettent pas de conclure que les utilisatrices de ces thérapeutiques aient un risque plus élevée que les autres femmes de développer un méningiome. Le méningiome est une maladie multifactorielle et il existe différents facteurs de risque pour cette pathologie.

L’ANSM a décidé de conduire une étude épidémiologique poussée afin de déterminer s’il existe réellement un risque avéré de méningiome.

Voir Aussi

Que faire si je prends un de ces traitements ?

En attendant les résultats de l’étude commandée, l’ANSM recommande aux professionnels de santé de ne plus prescrire ces molécules en cas d’antécédent de méningiome et de prescrire les doses les plus faibles sur un temps le plus court possible, par principe de précaution.

N’arrêtez pas votre traitement seule si vous prenez ces molécules, parlez en à votre médecin traitant ou votre gynécologue pour éventuellement réévaluer votre traitement ou envisager différentes solutions. Il vous expliquera toutes les informations utiles à connaître et vous rassurera.