Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Une adorable grand-mĂšre Ă©crit une lettre des plus touchantes Ă  sa petite-fille

Une adorable grand-mĂšre Ă©crit une lettre des plus touchantes Ă  sa petite-fille

Sharon Randall est journaliste pour le journal amĂ©ricain Tribute News Service. Elle a postĂ© sur son blog (http://sharonrandall.com) le 3 fĂ©vrier 2015 , une lettre qu’elle a intitulĂ© « Pour Eleanor, la nouvelle fille de la tribu », destinĂ©e Ă  sa petite-fille, qui a tout juste 10 jours. Cette nouvelle grand-mĂšre est dĂ©jĂ  complĂštement folle d’amour pour sa petite-fille.

Voici la jolie lettre, trĂšs Ă©mouvante qu’Eleanor aura la chance de lire dans quelques annĂ©es.

lettre ouverte a sa petite fille grand mere 1Voici la traduction du texte en français.

Pour ma petite-fille,

Cher Eleanor,

Il est tard. Tu es emmitouflĂ©e sur ton lit comme une jolie confiserie rose ou tu dors dans une chambre Ă  cĂŽtĂ© de ta maman et de ton papa qui s’est effondrĂ©, mort de fatigue.

Les chats aussi sont dans leur lit. Tes frÚres dans leur panier. Tout va bien.Tout le monde dort, sauf moi. Je suis réveillée et je pense à toi.

Il a plusieurs choses que je voulais te dire, des choses que tu as besoin de savoir. N’est-ce pas le rĂŽle d’une grand-mĂšre ? Pourtant, je ne suis pas sĂ»re de ce que je dois te transmettre. Je pense aux sages conseils que je pourrais te donner. Ceux qui t’aideront plus tard. Mais pour la plupart tu les dĂ©couvriras toute seule. Et d’ailleurs, peut-ĂȘtre ne sont-ils pas si sages. Quoi qu’il en soit, sois patiente avec moi. Je suis ta mamie. Ecoute-moi.

D’abord, je tiens Ă  parler de ta famille, de nous tous, de celle de ta maman, et de ton papa. Nous sommes une drĂŽle de petite bande. Pas si diffĂ©rente de la plupart des familles finalement. Mais nous sommes uniques Ă  notre façon.

Les familles sont comme les bĂ©bĂ©s. A la surface, elles se ressemblent, mais en y regardant de plus prĂšs on s’aperçoit qu’il n’y en a pas deux pareilles.

Tu mettras peut-ĂȘtre un certain temps Ă  t’habituer, mais tu y arriveras. La principale chose Ă  savoir sur nous est la suivante : nous allons t’adorer.

J’aimerais que tu puisses nous voir. Nos yeux qui s’illuminent à la mention de ton nom, nos voix attendries quand nous parlons de toi. Comme nos yeux brillent et nos cƓurs fondent lorsque nous te portons !

Tu devrais lire tous ces messages et les petits mots de ceux qui ne pouvaient ĂȘtre lĂ  Ă  ta naissance. Tous t’envoient tant d’amour.

As-tu remarqué toutes ces lumiÚres qui clignotent autour de toi ? Ce sont les flashs de nos iPhones. Toutes ces photos que nous prenons fiÚrement. Tu es notre trophée. Notre trésor. Notre espoir. Notre promesse que, malgré la misÚre du monde, la vie est belle.

Nous sommes ta famille pour toujours. Nous prendrons soin de toi et nous t’encouragerons. Pas seulement ceux d’entre nous que tu rencontreras. Mais aussi ceux qui nous ont quittĂ©s. Eux aussi veilleront sur toi et te protĂ©geront de loin.
C’est ça l’amour, Eleanor. Il est indestructible, sans limite et se moque de la distance.
Une derniùre chose à propos de ta famille. En passant du temps avec nous, tu t’amuseras beaucoup. Tu verras.

Ensuite, je tiens à offrir un petit conseil. A Prendre ou à laisser. Mais rappelle-toi, la vie est un jeu. Tu es une novice et je suis une pro. Voici quelques trucs que le jeu m’a appris.

1. Prends soin de toi. Si tu ne le fais pas, tu ne seras jamais en mesure de prendre soin de quelqu’un d’autre.

2. Dis la vérité. Dis ce que tu penses et pense ce que tu dis. Que ta richesse soit la sincérité qui brille dans tes paroles, tes yeux et tes actes.

3. Aime les hommes de ta vie et chĂ©ris les femmes avec qui tu riras, pleurera et qui seront lĂ  pour te dire : « ChĂ©rie, tu n’es pas folle » dans les moments difficiles.

4. PrĂȘte attention au monde qui t’entoure. Sois lĂ . Essaie de trouver la beautĂ© et la grĂące en tout ce que tu vois.

5. Appelle ta mamie au moins une fois par semaine. Tu peux aussi la contacter autrement mais elle sera toujours ravie d’entendre ta voix. Rends-lui visite, tu verras comme elle va te gñter. Compte sur elle.

Pour terminer, je vais te dire un secret : tu es ma prĂ©fĂ©rĂ©e. D’accord, ce n’est pas un secret. Tu peux le dire Ă  tes frĂšres et Ă  tes cousins. Ils vont rire et te rĂ©pondront tous la mĂȘme chose : « Mamie a dit que c’est moi son prĂ©fĂ©rĂ© ! ». Et c’est le cas. Vous ĂȘtes tous mes prĂ©fĂ©rĂ©s. Ce n’est pas une compĂ©tition et chacun a une place qui lui est dĂ©diĂ©e dans mon cƓur.

Les mamies vieillissent et leur cƓur s’agrandit. Prenez toute la place que vous voulez, mes enfants. Il y en a.

Et maintenant je vais me coucher. Il faut que je prenne soin de moi pour pouvoir, demain et pour toujours, prendre soin de toi, de tes frĂšres et de tes cousins.

Dors bien ma douce petite-fille. Mamie veille sur toi. MĂȘme de loin avec les yeux fermĂ©s.

Et si tu as besoin de quoi que ce soit, réveille ton papa.

Mamie.

Une trĂšs belle dĂ©claration d’amour !

 

À lire absolument