Le syndrome du neurone unique n’existe pas selon des chercheurs

Lorsqu’une femme est enceinte, ou lorsqu’elle vient d’avoir un bébé, plusieurs études ont montré qu’elle avait le « syndrome du neurone unique ». Mais une nouvelle analyse vient de faire passer pour menteuses toutes les précédentes études.

Le « syndrome du neurone unique », qu’est-ce que c’est ?

Lorsqu’on parle du « syndrome du neurone unique », il est souvent associé à la femme enceinte. En effet, c’est le fait de ne pas être très bien concentré, de faire des oublis fréquemment, d’être lent mais aussi d’être souvent très fatigué.

Selon plusieurs études, cela arrive souvent lors d’une grossesse. Même après avoir accouché, certaines analyses ont montré que des jeunes mamans n’arrivaient pas à retrouver leurs facultés neuronales. En effet, un article publié sur le site américain New Scientist, en janvier 1997 montrait que les femmes avaient du mal à se concentrer car leur cerveau avait diminué de 7% durant leur grossesse. A ce moment-là, les scientifiques avaient analysé le cerveau de femmes enceintes grâce à l’imagerie par résonance magnétique. Une nouvelle étude américaine vient démentir cette information.

La fin d’une légende

Afin de réparer son erreur, le New Scientist a publié une nouvelle étude, montrant ainsi que justement, certaines zones se développaient après l’accouchement.


Pour cela, le médecin Kinsley, neurologue dans l’Etat de Virginie, aux Etats-Unis, ainsi que son équipe ont observé des rates. Résultats ? Celles qui étaient enceintes avaient bien plus de mémoire et savaient mieux chasser que celles qui ne l’étaient pas. Egalement, après avoir accouché, elles savaient mieux contrôler leurs angoisses.

Chez les êtres humains, c’est la même chose. Même si une femme enceinte voit son cerveau diminuer durant la grossesse, elle doit savoir qu’elle le retrouvera entièrement au maximum six mois après avoir eu bébé ! Et bonne nouvelle pour celles qui s’inquiétaient, certaines zones en viennent même à se développer lorsqu’on est maman : le raisonnement, l’empathie, les émotions et le fait de se décider. Alors les filles, rassurées ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire