Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » En Islande, pourquoi n’est-il pas question de faire dans l’originalitĂ© avec les prĂ©noms ?

En Islande, pourquoi n’est-il pas question de faire dans l’originalitĂ© avec les prĂ©noms ?

Newborn baby boy sleeping in hospital

En Islande, pas question de faire dans l’originalitĂ© avec les prĂ©noms. En effet, pour faire leur choix, les parents doivent piocher dans une liste Ă©tablie par le Mannanafnanefnd, ce qui donne en version française : le ComitĂ© des noms islandais. Cette derniĂšre est composĂ©e 3565 prĂ©noms au total, dont 1853 pour les filles et 1712 pour les garçons. Le trĂšs sĂ©rieux Mannanafnanefnd a ainsi pour intĂ©rĂȘt de veiller Ă  l’intĂ©rĂȘt de l’enfant et Ă  la cohĂ©sion de la langue islandaise. Possible que nous n’entendions donc jamais un bĂ©bĂ© se faire appeler Titeuf ou encore Nutella au pays du volcan Eyjafjallajokull
.

Les prĂ©noms islandais : plus qu’une tradition, une vĂ©ritable institution

Le statut isolĂ© de l’Islande a favorisĂ© une certaine culture traditionaliste et a contribuĂ© Ă  une Ă©volution relativement lente de sa langue. De part son nombre d’habitants faiblement Ă©levĂ©, l’Islande continue de mettre l’accent sur un systĂšme sans nom famille. Ainsi, 90 % d’Islandais n’en ont pas et sont tout simplement identifiĂ©s par un patronyme Ă  la suite de leur prĂ©nom. Ce dernier se constitue du prĂ©nom du pĂšre (ou parfois de la mĂšre) et d’un suffixe. Par exemple, si un pĂšre se prĂ©nomme Sigurdur, ses fils se nommeront Sigurdsson et ses filles Sigurdardottir.

BientĂŽt la fin du Mannanafnanefnd ?

Cependant, aujourd’hui les Islandais tentent d’innover en proposant chaque annĂ©e de nouveaux prĂ©noms. Mais cela dit, le ComitĂ© veille tout de mĂȘme Ă  ce que ces derniers s’inscrivent bien dans la langue islandaise. C’est ainsi que derniĂšrement, quelques prĂ©noms ont donc Ă©tĂ© ajoutĂ©s comme AngelĂ­na, auquel il ne faut pas oublier l’accent sur le « i » pour ne pas faire dĂ©faut Ă  la grammaire islandaise.

Mais Ă  l’heure actuelle, certains Islandais considĂšrent cet impĂ©ratif de liste comme Ă©tant dĂ©suet, voire mĂȘme archaĂŻque. En effet, l’afflux d’immigrĂ©s et le melting-pot qu’il engendre rendent cette liste Ă  prĂ©sent un peu compliquĂ©e Ă  appliquer. Mais pour faire face Ă  ce problĂšme, une loi est sur le point d’ĂȘtre votĂ©e. Celle-ci rendrait alors obligatoire le choix d’un prĂ©nom qui se dĂ©cline en islandais mais le rĂŽle du ComitĂ© deviendrait alors inutile. Affaire Ă  suivre donc.



À lire absolument