En train de lire
Faute de vaccination, le tétanos fait encore des victimes en France

Faute de vaccination, le tétanos fait encore des victimes en France

Le tétanos est une maladie très grave pour laquelle il existe un vaccin très efficace. Depuis janvier 2018, ce vaccin fait partie de la liste des 11 devenu obligatoires. Dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire, Santé Publique France révèle que faute de vaccination, le tétanos fait encore des victimes en France et parmi elles, fait très inhabituel, de jeunes enfants.

Qu’est-ce que le tétanos ?

Le tétanos est une maladie grave causée par la bactérie Clostridium tetani. La bactérie est présente dans le sol, dans les intestins des animaux ou de l’homme, mais aussi au niveau de la peau ou sur des outils rouillés. La bactérie peut infecter les personnes non vaccinées ou mal vaccinées via une plaie ou une blessure. La toxine tétanique attaque le système nerveux et le système musculaire provoquant des spasmes et des paralysies qui peuvent être mortelles.
Le tétanos peut être transmis par la mère à l’enfant quand celle-ci n’est pas suffisamment vaccinée.

35 cas de tétanos

De 2012 à 2017, on a recensé par moins de 35 cas de tétanos en France. On a dénombré 8 décès ce qui porte la létalité de la maladie à 23 %. La maladie a également provoqué des séquelles chez 34 % des personnes touchées. Si la plupart des cas concernent les personnes âgées, on dénombre également des cas chez des personnes jeunes et notamment des jeunes enfants de 3, 4 et 8 ans ce qui est inquiétant. L’infection a eu lieu suite à une blessure ou l’infection d’une plaie. Les personnes atteintes ont toutes dues être hospitalisées dans un service de réanimation médicale. Dans tous les cas, les personnes atteintes étaient peu ou non vaccinées, ce qui démontre l’importance de la vaccination contre le tétanos.

Voir Aussi

Comment se prémunir ?

Chez le nourrisson, la vaccination est obligatoire et se fait en deux temps avec deux doses la première année (à 2 et 4 mois) suivie d’un rappel à 11 mois. Des rappels seront ensuite à effectuer dans l’enfance (à 6 ans), dans l’adolescence (à 11-13 ans) et à l’âge adulte (25, 45 et 65 ans et plus) pour avoir suffisamment de défense immunitaire en cas de contact avec la bactérie.