Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Elle choisit le prĂ©nom Ambre pour son fils, la justice s’empare de l’affaire

Elle choisit le prĂ©nom Ambre pour son fils, la justice s’empare de l’affaire

Dans le Morbihan, une affaire peu commune divise la justice en ce moment-mĂȘme. Le choix du prĂ©nom Ambre, prĂ©nom d’ordinaire fĂ©minin ici donnĂ© Ă  un petit garçon, semble poser problĂšme. Une situation qui rĂ©volte la mĂšre du petit garçon Alice Gondelle.

Le choix du prénom Ambre qui fait débat

NĂ© en janvier 2018, le petit garçon Ă©tait loin de se douter de l’affaire qui allait Ă©clore sous son nez. A sa naissance, c’est l’officier d’Ă©tat civil qui a signalĂ© au Procureur de la RĂ©publique de Lorient le choix du prĂ©nom donnĂ© par les deux mamans. Selon France Bleu Breizh Izel, le Procureur, alertĂ©, a fait connaĂźtre son hĂ©sitation, pensant qu’une certaine confusion des sexes causĂ©e par ce prĂ©nom fĂ©minin pourrait causer du tort Ă  l’enfant. C’est ainsi que la maman du petit garçon s’est retrouvĂ©e assignĂ©e devant le Juge aux Affaires Familiales de Lorient.

PrĂ©nom Ambre pour un petit garçon : une division autour de l’affaire

Cependant, le Procureur de la RĂ©publique et le Juge aux Affaires familiales ne sont toujours pas d’accord. Ce dernier estime que l’on ne peut interdire le choix du prĂ©nom Ambre aux parents. Le Procureur a donc dĂ©cidĂ© de faire appel et le procĂšs est renvoyĂ© au tribunal de Rennes oĂč l’affaire sera Ă  nouveau jugĂ© fin avril 2019. Si le prĂ©nom est rejetĂ© le petit garçon qui s’appelle Ambre pour l’instant pourrait avoir Ă  changer de prĂ©nom. La maman du petit garçon a tĂ©moignĂ© auprĂšs de la radio France Bleu. Selon elle, elle est « victime d’acharnement »Â et trouve la sociĂ©tĂ© « trĂšs injuste ». Elle a ensuite ajouté « La sociĂ©tĂ© est trĂšs injuste, elle laisse passer des prĂ©noms trĂšs ridicules, comme *Clitorine*. Je me dis qu’un prĂ©nom si classique et si ancien et reconnu mixte ne passe pas et c’est l’État qui nous attaque ? On doit vivre ça pendant 2 ans. En attendant, moralement et financiĂšrement c’est difficile ». Alice Gondelle et sa compagne s’interrogent Ă©ventuellement sur une dĂ©cision Ă  caractĂšre homophobe. En attendant, elles sont toutes deux soutenues par l’association Les Enfants d’Arc-en-Ciel, qui accompagne les parents de mĂȘme sexe dans leur projet parental ainsi que dans leurs dĂ©marches juridiques.

À lire absolument