Neufmois.fr » Au fil de l'actu » CosmĂ©tiques bĂ©bĂ© : la polĂ©mique sans fin !

Cosmétiques bébé : la polémique sans fin !

Une nouvelle Ă©tude, publiĂ©e par l’ONG WECF, lance l’alerte sur la quasi-totalitĂ© des produits cosmĂ©tiques, mĂȘme certains labellisĂ©s bio. En cause, des ingrĂ©dients Ă  risques Ă©levĂ©s, modĂ©rĂ©s ou faibles, d’allergie, d’infertilitĂ© ou de cancer. Pour la FĂ©dĂ©ration des Entreprises de la BeautĂ©, c’est une polĂ©mique sans fondement. Et nous, parents, on se fait comment une opinion ?

Conservateurs : le retour

PhĂ©noxyĂ©thanol
 Le nom maudit que connaissent tous les parents. Ce conservateur mis en cause par l’ONG WECF, classĂ© Ă  risque Ă©levĂ©, pourrait causer des soucis en matiĂšre de fertilitĂ© future des bĂ©bĂ©s.

D’autres conservateurs pourraient provoquer des allergies : c’est le cas de la mĂ©thylisothiazolinone (MI) et de la mĂ©thylchloroisothiazolinone (MI/MCI), utilisĂ©s Ă  un taux maximal extrĂȘmement faible (0,01% pour le premier et 0,0015% pour le second. Les conservateurs Ă  risques faibles ne sont pas oubliĂ©s et notamment les mĂ©thylparaben et Ă©thylparaben.

Depuis la polĂ©mique lancĂ©e au dĂ©but des annĂ©es 2000 qui n’a peut-ĂȘtre pas assez expliquĂ© que les parabĂšnes se classaient en plusieurs familles diversement frĂ©quentables, les parents se sont dĂ©tournĂ©s des produits qui contenaient des parabĂšnes Ă  risque faible. D’oĂč l’arrivĂ©e des conservateurs (MI et MI/CMI) bien plus mĂ©chants. Et c’est bien lĂ  le risque de toute polĂ©mique : pousser Ă  faire pire en croyant bien faire !


Un parfum de polémique

Les parfums dans les cosmĂ©tiques n’ont jamais eu bonne presse car ils peuvent provoquer des allergies dans de rares cas. Mais c’est faire un peu vite table rase des Ă©volutions de l’industrie cosmĂ©tique que de les condamner tous manu militari. En effet, la plupart des grandes marques de cosmĂ©tiques pour bĂ©bĂ© utilisent des parfums hypoallergĂ©niques. Il est dommage que cette prĂ©cision n’ait pas Ă©tĂ© apportĂ©e, afin d’éviter que l’opprobre ne tombe sur tous les produits qui contiennent du parfum. En effet, les recherches rĂ©centes sur la peau du nourrisson Ă©tablissent de maniĂšre certaine le besoin d’hydratation pour Ă©viter l’apparition de problĂšmes cutanĂ©s.

Et si des produits de soin ne contiennent ni phĂ©noxyĂ©thanol ni conservateurs, posant question, mais juste du parfum hypoallergĂ©nique, pourquoi s’en passer ?

Huiles minérales et sulfates : liberté sous condition

Les huiles minĂ©rales sont considĂ©rĂ©es Ă  risque modĂ©rĂ© de cancer, donc un peu frĂ©quentables Ă  condition d’ĂȘtre raffinĂ©es au maximum. Les sulfates (dont le sodium lauryl), qui procurent l’effet moussant tellement agrĂ©able, ne sont pas considĂ©rĂ©s comme cancĂ©rogĂšnes. Mais ils peuvent provoquer des rĂ©actions sur des peaux sensibles et ne sont pas particuliĂšrement tendres avec les cheveux.

D’autres (EDTA) seraient irritants pour les yeux. Bref, les sulfates manquent juste de finesse et de sensibilité : peaux sensibles s’abstenir !


Coup de chaud sur les filtres solaires

Ce sont les fameuses nanoparticules (MBBT, dioxyde de titane, oxyde de zinc
) que l’on retrouve dans les filtres solaires. Ces nanoparticules pourraient ĂȘtre cancĂ©rogĂšnes et leur usage est fortement dĂ©conseillĂ© quand la peau prĂ©sente des lĂ©sions ou des coups de soleil. Sinon, mieux vaut un filtre solaire qu’un coup de soleil, surtout pour un jeune enfant !

Ce qu’il ressort de la polĂ©mique

En rĂ©sumĂ©, l’étude ne rĂ©vĂšle rien qu’on ne savait dĂ©jà : il y a dans les produits cosmĂ©tiques des ingrĂ©dients plus ou moins frĂ©quentables en principe, mais qui font tous l’objet d’études scientifiques afin de limiter leur taux de concentration dans les produits de soin Ă  des niveaux sĂ©curisants, voire de prononcer leur interdiction. « La rĂ©glementation europĂ©enne qui encadre la fabrication des produits cosmĂ©tiques pour bĂ©bĂ© est trĂšs stricte en matiĂšre de sĂ©curitĂ©, souligne la FĂ©dĂ©ration des Entreprises de la BeautĂ© (FEBEA). En France, le ComitĂ© Scientifique pour la SĂ©curitĂ© du Consommateur (CSSC) met rĂ©guliĂšrement Ă  jour les lignes directrices qui servent de fil rouge Ă  l’évaluation de tout produit lancĂ© sur le marchĂ©. Ces lignes directrices contiennent un chapitre entier consacrĂ© Ă  l’évaluation des produits cosmĂ©tiques destinĂ©s aux enfants de moins de 3 ans. » Et de souligner que la rĂ©glementation europĂ©enne est l’une des plus sĂ©vĂšres au monde et sert de repĂšre Ă  bien d’autres pays. Mais cela ne suffit manifestement pas Ă  empĂȘcher les polĂ©miques, au risque de provoquer des comportements d’éviction qui peuvent avoir des consĂ©quences pour la peau de bĂ©bĂ©.

En cas de doute, tous les pĂ©diatres sont unanimes pour conseiller de choisir le produit hypoallergĂ©nique dont la formule contient le moins d’ingrĂ©dients.


À lire absolument