Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » 14 000 bĂ©bĂ©s de moins qu’en 2015 : la fertilitĂ© baisse-t-elle de maniĂšre drastique en France ?

14 000 bĂ©bĂ©s de moins qu’en 2015 : la fertilitĂ© baisse-t-elle de maniĂšre drastique en France ?

SONY DSC

Pour la deuxiĂšme annĂ©e consĂ©cutive, la France a enregistrĂ© moins de naissances que l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente : 785 000 naissances contre 798 948 en 2015. Selon l’INSEE, la fĂ©conditĂ© en 2016 reprĂ©sente 1,93 enfant par femme alors qu’elle Ă©tait de 1,96 enfant par femme en 2015.

Si la France reste le deuxiĂšme pays le plus peuplĂ© de l’Union EuropĂ©enne derriĂšre l’Allemagne, son taux de natalitĂ© a du plomb dans l’aile

La cigogne semble bouder notre territoire, en s’y arrĂȘtant moins souvent. Selon les statistiques de l’INSEE, l’état-civil a enregistrĂ© 14 000 certificats de naissance en moins en 2016. Une baisse nĂ©anmoins moins importante qu’en 2015, qui avait enregistrĂ© 20 000 naissances de moins vs 2014. Pour autant, la population gĂ©nĂ©rale de la France ne baisse pas, bien au contraire. Elle serait mĂȘme en hausse de 0,4%, soit 265 000 personnes de plus, une progression qui s’explique Ă©videmment par la diffĂ©rence entre le nombre de naissances et de dĂ©cĂšs. « Les espĂ©rances de vie Ă  la naissance, qui avaient diminuĂ© en 2015, retrouvent leur niveau de 2014 (85,4 ans pour les femmes et 79,3 ans pour les hommes) », explique le bilan dĂ©mographique de l’INSEE. Quant Ă  l’immigration, les chiffres font Ă©tat de 67 000 personnes.

Les mariages, un choix stable

Les naissances hors mariage poursuivent leur progression : 59,7% des enfants contre 59,1% en 2015. D’ailleurs, sur ce point, comme en 2015, 235 000 mariages ont Ă©tĂ© cĂ©lĂ©brĂ©s en 2016, dont 7 000 entre personnes de mĂȘme sexe. L’union homosexuelle ralentit par rapport aux annĂ©es prĂ©cĂ©dentes (7 500 en 2015 et 10 522 en 2014) et reprĂ©sente 3% des mariages. Quant au Pacs, il continue de sĂ©duire et se retrouve quasiment au coude Ă  coude avec le mariage : pour cinq couples qui ont optĂ© pour le mariage, quatre ont choisi le Pacs.

L’ñge de la maternitĂ© stable

Quant Ă  l’ñge moyen des mĂšres Ă  la premiĂšre naissance, il s’est stabilisĂ© Ă  30,4 ans. Les naissances tardives (aprĂšs 40 ans) ne concernent que 0,8% des naissances, aussi bien dans les DOM qu’en France mĂ©tropolitaine. Les naissances entre 35 et 40 ans reprĂ©sentent 6,9% des naissances en mĂ©tropole et celles entre 30 et 34 ans, 12,9% des naissances, avec des chiffres quasi identiques dans les DOM.

À lire absolument