11 heures : c’est le temps qu’il a fallu pour séparer ces sœurs siamoises au cours d’une opération très rare et risquée

Pour la première fois depuis leur naissance, les jumelles siamoises Abby et Erin Delaney vont enfin pouvoir dormir dans des lits séparés. Grâce à une intervention chirurgicale de 11 heures, les médecins de l’hôpital des enfants de Philadelphie ont réussi à séparer ces deux petites filles reliées par le crâne. Cette opération, très rare et très risquée a heureusement réussi et les deux fillettes se portent bien.

Une opération chirurgicale très rare et très complexe

Selon l’université du Maryland, aux États-Unis, le cas d’une naissance de jumeaux siamois représente une naissance sur 200 000. Parmi toutes les naissances de siamois, les jumeaux craniopages, reliés par le crâne, sont les plus rares, elles représentent 2% des naissances de jumeaux siamois. Ce qui fait de ce type de naissance un cas très rare. Lorsque l’on a des jumeaux monozygotes, l’embryon initial se divise en deux, mais lorsque les jumeaux sont siamois cela signifie que l’embryon ne se sépare pas complètement, ainsi les deux embryons se développent tout en restant connectés. La majorité des jumeaux siamois reliés par le crâne décèdent rapidement, c’est donc une grande victoire pour les chirurgiens qui ont opéré Erin et Abby. La difficulté de ce genre d’opération est de trouver le moyen de séparer les jumelles tout en conservant les capacités de chacune, de ne pas altérer les vaisseaux sanguins et de ne pas léser le cerveaux de l’une des deux. « La séparation de jumeaux siamois est une opération très complexe qui induit une convalescence longue et compliquée, mais nous sommes optimistes quand à la suite« , a déclaré Jesse Taylor le chirurgien plasticien co-leader de l’opération avec le neurochirurgien Gregory Heuer de l’hôpital des enfants de Philadelphie. « Erin et Abby se remettent de l’opération dans notre service de soins intensifs pédiatriques, elles sont suivies de prêt par nos équipes ».

La mère des jumelles siamoises a vécu une grossesse compliquée

Lorsque Heather Delaney, la mère d’Abby et d’Erin, a découvert lors d’une échographie à 11 semaines de grossesse que ses jumelles semblaient reliées, elle fut immédiatement admise à l’hôpital. La mère ne pouvait mener à terme une grossesse si risquée. Les jumelles sont alors nées prématurément par césarienne car leur condition induisait un manque d’espace. À la naissance, les jumelles pesaient toutes les deux 900 grammes, elles ont été immédiatement mises sous surveillance aux soins intensifs. Et pendant 10 mois, les chirurgiens de l’hôpital se sont préparés méticuleusement pour trouver un moyen de séparer les deux fillettes. Les équipes de l’hôpital des enfants de Philadelphie ont déjà séparé 23 paires de jumeaux siamois, mais Abby et Erin étaient leur premier cas de siamois craniopages.

Chaque jumelle était entourée par une important équipe médicale

Au cours d’une seule et même intervention, des anesthésistes, des techniciens, des infirmiers et plusieurs experts en chirurgie se sont relayés pour détacher les deux bébés puis procéder aux premiers actes de chirurgie plastique en vue d’une opération réparatrice. Les équipes médicales se sont alors divisées en deux groupes, chaque groupe étant alors dédié à l’un des nourrissons. Pour plus de clarté, le matériel médical avait également été marqué par une bande de ruban adhésif violet ou vert en fonction de l’équipe à qui il était réservé. Au total 30 personnes ont été réquisitionnées pour prendre soin des fillettes.

siamoises 2

Voir Aussi

siamoises 3

siamoises

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire