En train de lire
L’iode : ses bénéfices durant la grossesse et pour bébé

L’iode : ses bénéfices durant la grossesse et pour bébé

L’iode est un oligoélément qui est indispensable pour le bon fonctionnement des hormones thyroïdiennes, mais aussi du métabolisme basal, de la croissance ou encore du bon développement du système nerveux. Chez le fœtus et le nouveau-né, l’iode est indispensable au bon développement cérébral de l’enfant. Enceinte ou allaitante, les besoins en iode sont augmentés, car la thyroïde fonctionne plus. En effet, cet oligoélément, qui passe la barrière placentaire, est indispensable au bon développement du fœtus, une carence pouvant entraîner des problèmes de développement de la croissance.

Où trouve-t-on l’iode ?

On trouve de l’iode principalement dans les produits de la mer comme les crustacés ou les mollusques, mais aussi dans les algues. On trouve aussi de l’iode dans les œufs, les produits laitiers ou les produits céréaliers. On trouve de l’iode dans le sel de table enrichi.

L’iode durant la grossesse

Pendant la grossesse, les besoins en iode sont augmentés et l’apport en iode doit être environ de 150 à 250 μg/jour. L’OMS et l’UNICEF préconisent aux femmes enceintes et allaitantes habitant dans les pays ou moins de 30 % de la population n’a pas accès au sel iodé de se supplémenter (1.8 milliards de personnes seraient carencées dans le monde !). En France, La Haute Autorité de Santé (HAS) explique qu’il n’y a pas d’arguments pour proposer systématiquement une supplémentation en iode en dehors des populations carencées pour lesquelles cette supplémentation est efficace.

L’iode chez le nourisson et l’enfant

Chez l’enfant (de 1 à 3 ans), l’apport en iode doit être d’environ 80 μg/jour. Le lait maternel contient naturellement de l’iode. Cependant, si votre médecin juge que vos apports en iode ne sont pas suffisants, une éventuelle supplémentation peut vous être prescrite. Les laits maternisés contiennent également la dose nécessaire d’iode pour les nourrissons.


Les dernières actualités

Une revue Cockrane met en évidence que la supplémentation d’iode peut augmenter les nausées mais diminuer les effets de l’hyperthyroïdie post-partum. La supplémentation ne doit donc pas être systématique, car il n’y a pas d’avantages particuliers.

Pour aller plus loin :

Les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé

Voir Aussi

Les recommandations de la Haute Autorité de Santé