Neufmois.fr » Ma Grossesse » Accoucher » Mon premier peau Ă  peau avec bĂ©bĂ©

Mon premier peau à peau avec bébé

Eline Edden, photographe et Ă©crivain (auteure du livre « Naissance d’une mĂšre »), a accompagnĂ© pendant des mois de futures mamans,jusqu’au jour de leur accouchement, ce jour merveilleux oĂč tu rencontres pour la premiĂšre fois ton bĂ©bĂ©, en vrai. Eline Edden a d’ailleurs eu le privilĂšge de photographier ces jeunes mamans (et papas, il ne faudrait pas les oublier quand mĂȘme) au cours de leur tout premier peau Ă  peau avec bĂ©bĂ©. La photographe nous dĂ©crit avec ses yeux de lynx ces moments d’émotions qu’elle a notamment souhaitĂ© partager lors d’une exposition. Rencontre.

 

Pourquoi avoir choisi de réaliser un reportage photo sur le peau à peau ?

Pour la petite histoire, j’ai eu la chance de rĂ©aliser un travail photographique de deux ans sur la maternitĂ© des femmes enceintes de leur premier enfant. GrĂące Ă  ces photos, j’ai pu sortir un livre qui m’a permis d’ĂȘtre contactĂ© par une maternitĂ© souhaitant obtenir le label : « initiative hĂŽpitaux amis des bĂ©bĂ©s ». Ce label met en place une assurance qualitĂ© au niveau de la structure de la maternitĂ© et prĂ©conise une heure minimum en peau Ă  peau avec le nouveau nĂ© Ă  la naissance. Ces photos sont le rĂ©sultat du mĂ©lange de deux expositions. Pour cela, j’ai travaillĂ© avec une cinquantaine de mamans qui ont acceptĂ© que je photographie leur accouchement, chose qui n’est pas Ă©vidente puisqu’il s’agit d’un moment trĂšs intime.

 

 

 

Qu’avez-vous retenu de ce long travail, on imagine extrĂȘmement Ă©mouvant  ?

C’est un travail trĂšs technique mais aussi et surtout une expĂ©rience formidable. AprĂšs chaque accouchement, je ressortais de la salle complĂštement boostĂ©e, avec beaucoup de fiertĂ© et de joie envers les parents qui me permettaient d’ĂȘtre Ă  leurs cĂŽtĂ©s pour la venue au monde de leur premier enfant.

 

 

 

Quels sont vos plus beaux souvenirs de ces séances photo pendant le peau à peau ?

Je me souviendrai toujours des mamans qui sont surprise devant l’enfant. Je me rappelle notamment d’une maman noire qui Ă©tait paniquĂ©e car son bĂ©bĂ© n’était pas noir. Les sage-femmes avaient beau lui expliquer que la pigmentation de la peau mettait une ou deux heure Ă  apparaĂźtre, elle ne voulait rien entendre. C’est la raison pour laquelle j’ai fait mon reportage photo en noir et blanc car les bĂ©bĂ©s sont toujours trĂšs rouges Ă  la naissance. J’ai Ă©galement assistĂ© Ă  des naissances trĂšs douloureuses, des moments atypiques qui peuvent se produire en salle d’accouchement telles que des sĂ©parations entre les nouveaux parents.


 

 

 

Que reprĂ©sente pour vous le fait de photographier de jeunes mamans qui viennent d’accoucher ? Comment naĂźt le contact entre elles et vous ?

Certaines mamans jouaient  le jeu et demandaient Ă  se faire maquiller avant la prise de photos ou Ă  aller chez le coiffeur. J’ai appris Ă  connaĂźtre les futures mamans et leur univers avant l’arrivĂ©e de leur premier bĂ©bĂ©, Ă  crĂ©er un climat rassurant et de complicitĂ©. Elles se confiaient Ă  moi, me racontaient leur vie, leur dĂ©sir d’avoir un enfant. Je mangeais mon sandwich devant elles en les narguant un peu car elles ne pouvait pas manger. Nous avons partagĂ© de jolis moments ensemble. J’ai ainsi pu rencontrer 53 mamans.

 

 

 

Qu’avez-vous appris auprùs des mamans ?

Je me suis rendue compte que les mamans n’étaient pas prĂ©parĂ©es Ă  la dĂ©livrance. Une fois que le bĂ©bĂ© est arrivĂ© elle ne se rendent pas toujours compte que le travail n’est pas fini et que le placenta est toujours lĂ .

 

Est-ce dur de trouver des futures mamans voulant bien se faire photographier ?

J’ai du me rendre aux cours de prĂ©paration Ă  l’accouchement pour prendre contact avec des futures mamans prĂȘtes Ă  prendre part Ă  cette aventure.Puis, le Jour de l’accouchement, je recevais un coup de tĂ©lĂ©phone afin de me rendre directement Ă  la maternitĂ©. Je restais auprĂšs de la maman et du bĂ©bĂ© maximum une heure et demie aprĂšs l’accouchement. Il Ă©tait important pour moi aussi de respecter l’intimitĂ© des nouveaux parents et de les laisser dĂ©couvrir leur petite merveille ensemble.

 

Combien de temps avez-vous mis Ă  faire ce reportage ?

Cela m’a pris neuf mois en tout ! Une vraie grossesse si on peut dire ! C’était un travail colossale, d’autant plus que certaines mamans acceptaient ma proposition puis changeaient d’avis le jour J. Je devais donc rebrousser chemin avec tout mon matĂ©riel dans les mains. Parfois mĂȘme c’était le mari qui refusait ma prĂ©sence en salle d’accouchement. Effectivement c’était un travail trĂšs intense. L’installation des lumiĂšres et du matĂ©riel prenait du temps et je devais rester disponible jour et nuit.


 

 

 

Merci Ă  Eline Edden
Contact: eline.edden@gmail.com


À lire absolument