Môle hydatiforme

Qu’est-ce que la môle hydatiforme ?

La môle hydatiforme ou la grossesse molaire est une complication rare qui survient lorsque les premières cellules nées de la fécondation de l’ovule par le spermatozoïde ne se développent pas normalement. Au cours d’une grossesse normale, on distingue 23 chromosomes paternels et 23 chromosomes maternels chez l’œuf fécondé alors qu’au cours d’une grossesse molaire, les chromosomes paternels et maternels ne sont pas uniformes, et les cellules destinées à former le placenta ne sont pas normales. Les môles représenteraient environ 1/1000 des grossesses et 1/41 des fausses couches en Europe.

La môle hydatiforme, restez vigilante !

Il s’agit d’une complication de la grossesse, il faut donc rester vigilante. Il faut veiller à bien être suivie tout au long de la grossesse par un professionnel de santé.

En savoir plus sur la môle hydatiforme

On distingue deux types de môle : la môle hydatiforme complète et la môle hydatiforme partielle. S’il s’agit d’une môle hydatiforme complète, l’œuf fécondé ne possède aucun chromosome maternel mais possède le double des 23 chromosomes paternels. Un placenta normal, un sac amniotique ou encore un embryon ne peuvent alors se développer.

En cas de môle hydatiforme partielle, l’œuf fécondé possède 23 chromosomes maternels, mais les chromosomes masculins sont toujours doublés. L’œuf fécondé possède donc 69 chromosomes en tout, au lieu de 46. La fécondation de l’œuf par deux spermatozoïdes ou la duplication des chromosomes du spermatozoïde seraient à l’origine de cette situation. Un placenta, voire un embryon, commence à se former, mais son patrimoine génétique ne sera pas compatible avec sa survie.


Un peu de lecture sur la môle hydatiforme

Gros stress enceinte : et si mon bébé ne se développait pas bien ?