Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Que font ces parents pour rendre hommage Ă  François Hollande ?

Que font ces parents pour rendre hommage à François Hollande ?

A la Rochelle, un couple de parents d’origine malienne rend hommage Ă  un personnage qu’il apprĂ©cie beaucoup en appelant leur fils…. ?

Le petit Hamadou PeĂ»l nĂ© en 2014, porte en troisiĂšme et quatriĂšme prĂ©noms : François, Hollande. Les parents vouent en effet une vĂ©ritable admiration au prĂ©sident la RĂ©publique française depuis l’intervention militaire au Mali, l’opĂ©ration Serval qui avait pour but de soutenir les troupes maliennes cherchant Ă  repousser une offensive des groupes armĂ©s islamistes.

Petit souci tout de mĂȘme pour cette famille, puisque le service d’Ă©tat-civil de la mairie de la Rochelle a prĂ©fĂ©rĂ© prĂ©venir le procureur de la RĂ©publique. « En gĂ©nĂ©ral, quand on a une difficultĂ© avec un prĂ©nom, on informe les parents et on arrive Ă  se mettre d’accord avec eux pour qu’ils reviennent sur leur dĂ©cision », explique GwenaĂ«lle Yhuel, du service Ă©tat-civil. Mais Ă  ce jour, la mairie n’a obtenu aucune rĂ©ponse du procureur de la RĂ©publique.

Des cas similaires

Le choix du prĂ©nom, un casse-tĂȘte, une responsabilitĂ©… Cela n’empĂȘche pas certains parents d’avoir des idĂ©es plutĂŽt originales pour les prĂ©noms de leurs tout-petits. On se rappelle de l’affaire MĂ©gane Renaud par exemple.

D’autres parents comme notre couple citĂ© plus haut ont aussi rendu hommage Ă  des personnalitĂ©s qu’ils apprĂ©cient particuliĂšrement en appelant leurs enfants du mĂȘme prĂ©nom ou nom. En 2013, c’est une petite Rihanna qui est nĂ©e Ă  Brazey-en-Plaine prĂšs de Dijon. Les parents avaient dĂ©jĂ  appelĂ© leur premiĂšre fille, Djaysie pour rendre hommage au rappeur amĂ©ricain Jay Z.

Depuis 1993, l’officier de l’Ă©tat-civil ne peut refuser les prĂ©noms choisis par les parents sauf s’il estime que le prĂ©nom est de nature Ă  porter prĂ©judice Ă  l’enfant. Il peut, dans ce cas, saisir le procureur de la RĂ©publique. Si Ă  son tour, ce dernier juge le prĂ©nom contraire Ă  la loi, il fait appel au magistrat qui saisit le juge aux affaires familiales. C’est lui qui a le dernier mot et qui peut donc s’opposer au prĂ©nom et ordonnĂ© sa suppression.

À lire absolument