Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » La pollution : comment limiter notre exposition quand on est enceinte ?

La pollution : comment limiter notre exposition quand on est enceinte ?

De rĂ©centes donnĂ©es publiĂ©es dans la revue Archives de PĂ©diatrie ainsi que dans la revue Environment International ce mois-ci confirment un amer constat : la pollution atmosphĂ©rique a un impact sur la grossesse et le dĂ©veloppement du fƓtus. Alors que faire pour limiter son exposition Ă  la pollution quand est enceinte ? Neuf Mois vous en dit plus.

La pollution, responsable de la moitié des naissances de faible poids

Les personnes fragiles et les femmes enceintes sont particuliĂšrement sensibles Ă  la pollution. La pollution aux particules fines cause l’inflammation des voies respiratoires et peut donner des problĂšmes cardio-vasculaires. Les particules fines peuvent Ă©galement gĂȘner le bon apport d’oxygĂšne et de nutriments au bĂ©bĂ© ainsi que son activitĂ© cellulaire. On estime que la pollution aux particules fines augmente considĂ©rablement le risque de donner naissance Ă  un bĂ©bĂ© de faible poids (un bĂ©bĂ© en sous-poids sur deux serait concernĂ©). L’étude publiĂ©e par des chercheurs de l’équipe d’épidĂ©miologie des maladies allergiques et respiratoires de la facultĂ© de la Sorbonne, montre que certains de ces bĂ©bĂ©s hypotrophes (nĂ©s avec un trop petit poids, infĂ©rieur Ă  2.5 kg) peuvent dĂ©velopper des troubles moteurs ou intellectuels.

Si le coĂ»t de la prise en charge de ces bĂ©bĂ©s Ă  la maternitĂ© s’évalue autour de 25 millions d’euros, la prise en charge globale des Ă©ventuelles sĂ©quelles s’élĂšve, elle, Ă  1.2 milliards d’euros. Pour les pouvoirs publiques, il est temps d’agir en protĂ©geant et surveillant mieux les femmes enceintes et en mettant au point des mesures efficaces, souligne l’étude.

La pollution a aussi un impact sur le placenta

Les chercheurs de l’INSERM, du CNRS et de l’universitĂ© de Grenoble Alpes ont rĂ©cemment Ă©tudiĂ© l’impact de la pollution sur le fƓtus et le placenta.

Ainsi, les donnĂ©es de 688 femmes enceintes ont Ă©tĂ© recueillies. L’exposition Ă  la pollution semble augmenter le risque prĂ©-Ă©clampsie ou toxĂ©mie gravidique (hypertension artĂ©rielle associĂ©e Ă  l’apparition de protĂ©ines dans les urines) mais aussi semble augmenter le risque de naissance prĂ©maturĂ©e. La pollution pourrait Ă©galement avoir des impacts sur le dĂ©veloppement pulmonaire ou pourrait provoquer des troubles neuro-dĂ©veloppementaux. En effet, les mĂšres les plus exposĂ©es aux polluants ont prĂ©sentĂ© des modifications Ă©pigĂ©nĂ©tiques au niveau d’un gĂšne , qui s’il est altĂ©rĂ© serait liĂ© a l’augmentation du risque de prĂ©-Ă©clampsie.

Mais alors que peut-on faire pour diminuer l’exposition de la femme enceinte aux particules fines ?

MalgrĂ© l’amĂ©lioration de la qualitĂ© de l’air, les valeurs limites d’exposition aux particules fines sont parfois dĂ©passĂ©es, notamment dans les grandes agglomĂ©rations. Ainsi les grandes villes sont souvent concernĂ©es par des pics de pollution, notamment l’étĂ©. Enceinte, il faut tout d’abord Ă©viter de sortir ou bien pratiquer une activitĂ© physique adaptĂ©e Ă  la grossesse en extĂ©rieur quand les pics de pollution sont avĂ©rĂ©s. Pour connaĂźtre l’état de la qualitĂ© de l’air, des associations agrĂ©es de surveillance de la qualitĂ© de l’air publient des bulletins rĂ©guliers. Retrouvez la liste en cliquant ici.

A noter que si vous ressentez une gĂȘne respiratoire, n’hĂ©sitez pas Ă  consulter votre mĂ©decin. PrivilĂ©giez les sorties tĂŽt le matin ou en fin d’aprĂšs-midi, lĂ  oĂč l’air est le moins chargĂ© en particules. Profitez de ces moments pour aĂ©rer votre logement. Pour plus d’informations, le site du gouvernement met Ă  disposition de nombreuses informations et liens.

À lire absolument