Devinez pourquoi un greffier a refusé de valider le prénom de ce bébé ?

Vous aimez les sonorités d’un mot, d’un objet ou d’un site ? C’est bien, mais choisir le prénom de bébé, c’est une autre paire de manche. Hajar Hamalaw est un journaliste allemand, et pour son petit bout, il a choisi un prénom… pour le moins controversé…

 

Voici le petit Wikileaks. Wiki… quoi ? Hajar est d’origine irakienne, on pourrait donc penser que, si le prénom qu’il a choisi est méconnu ici, il fait un tabac en Orient. Même pas. Le papa parle vraiment de Wikileaks, le fameux site signé Julian Assange, pro dans la révélation de scandales. Certes, mais quel rapport avec bébé ?

 

Nous on ne sait pas trop, mais le papa a une idée très précise des raisons qui l’ont poussé à appeler son petit bout ainsi. Il témoigne : « Ce n’est pas juste un nom pour moi […] Wikileaks a changé le monde ». On ne peut pas dire le contraire. Rappelons que Wikileaks a réussi à effrayer les États-Unis en enivrant la population mondiale d’informations confidentielles ! Mais de là à ce que bébé s’appelle ainsi, il y a une marge.


 

L’administration est en droit de refuser un prénom lorsqu’elle juge que celui-ci fait peser trop de poids sur l’enfant. Elle a bien sûr utilisé son droit de rétraction dans ce cas-là, jugeant qu’un petit Wikileaks subirait bien trop désagréments, autant dans la cour de récréation que dans pour un entretien d’embauche.
Personnellement, il y a un blog qui a changé ma vie. Je peux ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire